discographie

Suspiria

Suspiria est le premier album composé par Thom Yorke pour un film. Ce double album sort le 26 octobre sous le label XL Recording.

Le film Suspiria de Luca Guadagnino est l’adaptation du film d’horreur sorti en 1977 de Dario Argento.

Suspiria, le nouveau film de Luca Guadagnino (Call Me By Your Name).
Avec Dakota Johnson, Tilda Swinton et Chloë Moretz.
Susie Bannion, jeune danseuse américaine, débarque à Berlin dans l’espoir d’intégrer la célèbre compagnie de danse Helena Markos. Madame Blanc, sa chorégraphe, impressionnée par son talent, promeut Susie danseuse étoile.
Tandis que les répétitions du ballet final s’intensifient, les deux femmes deviennent de plus en plus proches. C’est alors que Susie commence à faire de terrifiantes découvertes sur la compagnie et celles qui la dirigent… Source

 

A1 –

  1. A Storm That Took Everything
  2. The Hooks
  3. Suspirium (Regarder la vidéo)
  4. Belongings Thrown In A River
  5. Has Ended
  6. Klemperer Walks
  7. Open Again

A2 –

  1. Sabbath Incantation
  2. The Inevitable Pull
  3. Olga’s Destruction (Volk tape)
  4. The Conjuring of Anke
  5. A Light Green
  6. Unmade
  7. The Jumps

B1 –

  1. Volk
  2. The Universe is Indifferent
  3. The Balance of Things
  4. A Soft Hand Across Your Face
  5. Suspirium Finale

B2 –

  1. A Choir of One
  2. Synthesizer Speaks
  3. The Room of Compartments
  4. An Audition
  5. Voiceless Terror
  6. The Epilogue

Previous post

Yorke Junior

Next post

"Time of day" music by Thom Yorke

4 Comments

  1. 12 septembre 2018 at 9 h 56 min

    Hâte d’entendre cet album. Suspirium est à la fois différent de ce qu’il a fait jusqu’à présent, tout en restant dans l’esprit Moon Shaped Pool, je trouve.

    Parmi les critiques du film qui parlent de la musique de Thom, Vulture la qualifie de « thrumming », j’ai du mal à traduire ou à comprendre la connotation de ce mot, soit ça décrit quelque chose de rythmique, soit ça évoque une monotonie. Pour IndieWire, la BO est envoûtante.

    Time range la musique de Thom du côté des « + » du film, ils l’ont trouvée « convenablement froide et forte ». Je sais pas, à nouveau, si « sonorous » (« suitably cold and sonorous ») est péjoratif dans leur article.

    Pour le Hollywood Reporter, le film est « porté par une musique typiquement vaporeuse de Thom Yorke, qui pourrait difficilement être plus différente du prog-rock cacophonique de Goblin qui jouait un rôle si essentiel dans l’agression des sens menée par l’original. »

    BBC : « On peut admirer la ruse osée [du maquillage d’un personnage], mais elle ne sert aucun objectif clair si ce n’est vous détourner de ce qu’il est en train de dire. Il en va de même pour la musique, dans une certaine mesure. Suspiria est la première BO de film de Thom Yorke, ce qui est un joli coup, mais à chaque fois que vous l’entendez gazouiller, vous vous dites “Ooh, c’est Thom Yorke!” ». Là aussi, faut-il interpréter le « warbling » comme une critique..?

    Enfin, Écran Large : « [Guadagnino] s’appuie logiquement sur la musique composée par le chanteur de Radiohead, Thom Yorke (à la fois primitive et onirique) et surtout une ambiance sonore organique terriblement angoissante. Par conséquent, des séquences de découvertes macabres (dont une dans les recoins cachés d’une salle de cours) à une scène de danse d’une violence inouïe (malheureuse Elena Fokina) en passant par les cauchemars extatiques de Susie, Suspiria recèle de sublimes trouvailles visuelles et acoustiques. »

    • 12 septembre 2018 at 10 h 15 min

      Je rajoute juste le paragraphe de NME et je m’en vais :
      « [Guadagnino] a même enseveli la musique de Thom Yorke dans le film plutôt que de la laisser secouer et déconcerter le spectateur en prenant le dessus. Yorke a un défi de taille pour sa première incursion dans la musique de film : la musique originale de Goblin est si célèbre, aimée et foutrement iconique qu’une lourde attente lui pèse dessus. La musique se fait d’abord entendre dans le premier acte, à travers une mélodie plaintive au piano abritant un falsetto languissant. L’ensemble est plutôt retentissant et inoffensif, accusant une ressemblance passagère avec ‘Pyramid Song’ de son groupe, et le reste de son travail est solide et évocateur, sans être spectaculaire / virtuose ans l’impression qui nous en reste. »

  2. 16 septembre 2018 at 23 h 51 min

    Certains d’entre vous ont peut être participé au playback de la BO de Suspiria organisé à Paris, ou ailleurs. Je m’étais inscrite mais n’ai pas eu la chance d’être conviée…

    Un site italien relate l’expérience de Milan:
    https://www.rockol.it/news-695156/thom-yorke-suspiria-soundtrack-colonna-sonora-recensione-ascolto

    En résumé : 25 personnes assises dans une pièce, dans un silence religieux. L’unique lumière provient de bougies disposées au centre de la pièce sur des miroirs posés par terre.
    Le leader de Radiohead a approuvé personnellement chaque lieu et a demandé à ce que soit respectées les règles suivantes : bougies, miroirs, fumées et pas de téléphones portables, saisis à l’entrée.
    A Milan, l’audition s’est faite dans une école de danse située dans un chateau.
    Le même site dit que Thom n’est pas un compositeur doué comme Jonny, qu’il ne possède pas le vocabulaire ni même le talent musical, mais qu’il sait créer des atmosphères.

    Voilà, je n’ai rien trouvé sur Paris, alors, si vous étiez présents, racontez !

  3. valerie
    17 septembre 2018 at 20 h 38 min

    Oui on a un peu raté ça, j’avais laissé passer la date pour l’annoncer. Pardon, pardon…et merci Myxo. Aujourd’hui, tout est expérience. Et là c’était plutôt cool apparemment.