discographie

Pablo Honey (album)

sortie : 22 février 1993 en Europe / 30 avril 1993 aux Etats Unis  / décembre 1993 au Japon (CD légèrement différent, voir à la suite)

A noter : certaines versions américaines ont une chanson supplémentaire : Creep (radio edit) (sans les « fuck ») ; bien évidemment, la version japonaise est agrémentée de bonus.

Le titre
Le nom est tiré de l’un des sketches des comiques New Yorkais les Jerky Boys spécialisés dans les canulars téléphoniques où celui qui appelait demandait à sa victime « Pablo, honey ? Please come to Florida ! »

On retrouve d’ailleurs ce passage samplée dans le chanson  « How Do You ? ».

 

L’enregistrement
Déjà remarqué après la sortie de quelques Ep et Single (« Drill » notamment, mais surtout le single « Creep », même si la chanson était encore considérée comme « trop dépressive » pour être passée à la radio) , le groupe était très attendu, et en particulier pour la sortie de son premier album.

Drill, le premier disque officiel du groupe Radiohead après qu’il avait signé chez EMI fut produit par les managers  Chris Hufford et Bryce Edge, plutôt dans une mauvaise ambiance, et sans que ça marche vraiment. Le groupe a donc décidé de faire appel à une nouvelle équipe Paul Kolderie et Sean Slade, qui avait déjà produit les albums de Dinosaur Jr. et de Buffalo Tom, dont ils étaient fans.

Kolderie et Slade s’occupent donc de Radiohead pour la sortie des singles creep, en 1992 et ça va bien prendre.

The Drill EP was something that we did at a small studio near Oxford, it was the first thing we recorded and released in May 1992. And then after that we went in and recorded Creep, with these two Americans, Paul Kolderie and Sean Slade, who worked at Fort Apache in Boston and would do stuff like Throwing Muses and Dinosaur Junior, and uh, we did Creep with them, and released it in September. And it did quite well in England and then did even better in America, and then was re-released in England and did even better still, so uh, that was the story of Creep really.
— Colin Greenwood Videomusic 'Radiohead Special', mai 1995

Les single Creep se vendent bien, même si BBC1 refuse de passer la chanson, jugée trop dépressive.

Pendant l’automne 1992, le groupe est en studio pour l’enregistrement du premier album. Au final, c’est en trois semaines que « Pablo Honey » a été bouclé, sûrement trop vite, et avec le problème d’une production à deux têtes (Hufford / Kolderie et Slade). Les séances d’enregistrements aux studios Chipping Norton et Courtyard Studio, ont été assez courtes (septembre à novembre 1992) mais très agitées.

Interviewer: « So, tell me then, you know, from recording your current album, Pablo Honey, how did that differ from Drill, and obviously, you know, what did you learn that you brought to the mix when you went to do this album? »

Colin: « We didn’t learn very much… (laughs) »

Thom: « No. (laughs) »

Colin: « …at all, given the basis that we’d never worked with like two different… completely different people before, they were two Americans, and in a completely different studio before, although we’d been in there – this time last year – before, to record ‘Creep’, but the experience was alien and new and short. Three weeks concentrated, you know, we recorded it very quickly. »

Thom: « I was unbearable, apparently. »

Colin: « Yeah. »

Thom: « According to… »

Colin: « You were, yeah. »

Interviewer: « What was he like? Tell me what you really wanted to say to him that you couldn’t at the time because it was so… »

Colin: « Oh well, you know, it’s just one of those things, it’s just, you know… it’s best to file under experience and move on. »

Interviewer: « So, is it… I mean, it must get kind of stressful when you’re trying to put something together, especially when you have a limited amount of time to work in. How do you guys, you know, keep from… really keep from getting on each other’s backs and… »

Thom: « Because we’re friends. »

— Interview with Thom & Colin, Capitol / avril 1993

 

Kolderie a déclaré dans le magasine Q à ce propos :

On a eu beaucoup de mal, car c’était leur premier album et ils voulaient devenir les nouveaux beatles. Et depuis 20 ans qu’ils écoutaient de la musique, ils avaient des tas d’idées et de proposition à faire. Mais on s’en est pas mal tirés.

Réception et critiques

Aujourd’hui, Pablo Honey est plutôt mal considéré car comparé à ce que le groupe a pu faire ensuite, ce premier album est très faiblard et marqué par son époque : 1992-1993, le grunge… mais aussi les premières influences du groupe : Scott Walker (pour Creep…).

En 1993, au moment de sa sortie, l’album a aussi été plutôt timidement accueilli par la critique, qui généralement a bien aimé la première partie de l’album (sauf how do you ? ), mais trouvé que la seconde partie était un peu trop « post-grunge stéréotypé »

En Angleterre, le NME par exemple qualifie le groupe d’« espoir du rock qui ne demande qu’à fleurir » :

one of rock’s brightest hopes… one of those flawed but satisfying debuts that suggests Radiohead’s talents will really blossom later on (7/10)
— NME, 1993

Toutefois, la chanson « how do you » est moquée :

(how do you) breaks the momentum of Pablo Honey horribly, throwing all of Radiohead’s tortured sensitivity out of the window and leaving them
sounding like beer-gutted losers from the class of ’76″
— NME, 1993

Dans Q magazine, le groupe est gratifié d’un 3 sur 5 :

British teenagerhood has never been grumpier… the best bits rival Nirvana, Dinosaur Jr. and even the mighty Sugar.

Idem dans « Record Collector » qui distingue une chanson en particulier :

 promising debut record » (…) « It contains their ’biggest’ single in ’Creep.’ A 12-bar blues jam with added crunch.

En France, la presse spécialisée parle assez peu de l’album, quelques fanzines le chroniquent.

 

Le voir, un magazine canadien a interrogé Phil Selway en 1993 à propos de Pablo Honey, voici ce qu’il en dit :

De toute façon, je crois que cette histoire de grunge est en train de mourir de sa belle mort. Nous par contre, nous sommes là pour rester.

Aux Etats-Unis, Rolling Stone écrit :

Flashing a song called « Creep » as a musical ID takes cheek, but then, everything about these Brits is unabashed. On their debut, the swagger affected by every arch-Anglo since the Kinks is already in full effect. Three guitars (and bass) and a singer whose narcissistic angst rivals Morrissey’s (« I will not control myself ! » Thom e. Yorke screams on « Vegetable, » and on « Prove Yourself » he mourns, « I’m better off dead »), these five Oxford lads come on extreme. What elevates them to fab charm is not only the feedback and strumming fury of their guitarwork Ð and the dynamism of their whisper-to-a-scream song structures Ð which recall the Who by way of the early Jam, but the way their solid melodies and sing-along choruses resonate pop appeal. On « Blow Out » they savage a bossa-nova intro with sheer noise ; « Thinking About You » is bitter folk with acoustic guitars soundly pummeled ; and the rest of « Pablo Honey » is equally surprising. If they don’t implode from attitude overload, Radiohead warrant watching.

Billboard, le 24 avril 1993 :

This U.K. quintet is primed to blast onto the American scene with initial modern rock track « Creep, » a tense, guitar-dominated number that appears in unexpurgated form on this debut album. Certain tracks here may remind listeners of U2 (thanks largely to Thom E. Yorke’s vocal mannerisms and overall guitar texturing), but lyrics have enough bite to make it on their own. « Ripcord, » « I Can’t, » and « Blow Out » all contain excitement enough to heat up at target radio markets

 

Entertainment Weekly attribue la note B à l’album :

mates Smiths-type self-consciousness with dramatic U2-like vocals and guitar, with Cure-style heavy but crunchy pop

Stephen Thomas Erlewine pour Allmusic reprend aussi la comparaison avec U2 :

Radiohead’s debut album, Pablo Honey,
is a promising collection that blends U2’s anthemic rock with long, atmospheric instrumental passages and an enthralling triple-guitar attack that is alternately gentle and bracingly noisy. The group has difficulty writing a set of songs that are as compelling as their sound, but when they do hit the mark — such as on « Anyone Can Play Guitar, » « Blow Out, » and the self-loathing breakthrough single « Creep » — the band achieves a rare power that is both visceral and intelligent

Mario Mundoz pour Los Angeles Times écrit :

This English quintet’s debut doesn’t really deliver anything you haven’t heard before, steering too close to Smiths-like melodies and trying ever so hard to be depressed in the way the Cure popularized. Occasionally, though, it does offer clever lyrics and good hooks.

 

Classement & Chiffres

– en 1993, le NME classe l’album 35è sur 50 au classement des albums de l’année 93 :

a throwback to a homegrown
tradition of great guitar-band albums.

– en 1998, les lecteurs du magazine Q font de Pablo Honey le 61è album de tous les temps.

– en 2004, Q inclue « Lurgee » et « Blow Out » dans sa liste des 20 chansons peu connues mais pourtant essentielles de Radiohead pour leur « 1010 Songs You Must Own ».

– en 2006, Classic Rock souligne la contribution de Pablo Honey
dans la musique des années 90 en incluant l’album dans les « 200 Greatest Albums of the 90’s », et dans l’un des meilleurs albums de 1993.

en 2008, la BBC décrit l’album ainsi :

exploration of suburban, adolescent self-awareness« , concluding, »It all resulted in a stunning blend that combined the best aspects of prog rock (challenging lyrics, deft chord changes, novelty time signatures and so forth) with the plaintiveness of bedsit singer song-writing and the sound of expensive equipment thrashed at by experts. Though later albums were better received, this remains one of rock’s most impressive debuts.

La même année, Blender attribue la 82e place à Pablo Honey dans les « 100 Albums You Must Own »

Self hate couldn’t have found a better British exemplification with this band’s debut single, which hit the world as part of an album that constructed walls of crunchy guitar tones amidst the dark lyrical content.

– en 2009, Amazon place Pablo Honey 26e des « 100 Greatest Debut Albums of All Time ».

 

Artworks

 

 

 

Tracklist
1- You
2- Creep
3- How Do You?
4- Stop Whispering
5- Thinking About You
6- Anyone Can Play Guitar
7- Ripcord
8- Vegetable
9- Prove Yourself
10- I can’t
11- Lurgee
12- Blow Out

Piste supplémentaire sur la version américaine :

Creep (Version Censurée)

Pistes bonus sur la version japonaise :

13   Pop Is Dead

14   Inside My Head

15   Million Dollar Question

16   Creep (Live at the Town & Country Club, Leeds on March 14, 1993 )

17   Ripcord (Live at the Town & Country Club, Leeds on March 14, 1993 )

 
Crédits
Previous post

juillet 1993, Boulder

Next post

Anyone Can Play Guitar (single)

1 Comment

  1. […] à façonner un son qui a défini bon nombre de genres nés pendant les années 90. De « Pablo Honey » à « Hail to The Thief », Radiohead a donné de nombreux concerts dans tous types de salles et […]

Leave a reply