discographienews

A Moon Shaped Pool (LP9)

 

lp9-timeline

Spéculations 2011

En février 2011, sort The King of Limbs. Le groupe assure la promotion de son huitième album par une tournée de deux ans

Chaque membre s’implique ensuite dans des projets personnels :

  • Thom dans une tournée et un album (« ‘AMOK » en 2013) avec « Atoms for Peace« , puis dans un album solo sorti à la fin de l’été 2014 (« Tomorrow’s Modern Boxes « )
  • Jonny Greenwood enchaine les projets, les bandes originales de films (« The Master) et les collaborations avec des artistes (« Radio Rewrite« ) & orchestres
  • Phil Selway a sorti un deuxième album solo (« Weatherhouse » en 2014)
  • Colin s’implique dans des projets humanitaires, gagne des marathons, visite la fashion week et des expositions…
  • Ed… euh… achète un bar à Londres, s’amuse avec des guitares Fender, se fait refaire son plateau de pédales.

 

2013

Le 28 avril 2013, Colin redonne un peu d’espoir aux fans : un nouvel album de Radiohead est envisageable, mais le groupe ne s’est pas encore retrouvé pour en parler / travailler… Peut-être en 2014 ?

Colin Greenwood: « Je dois d’abord, bien sûr, en parler à mes amis mais ce n’est pas facile, nous sommes tous éparpillés aux quatre coins du monde ». Colin Greenwood aimerait qu’ils puissent se retrouver en 2014, autour d’un nouveau projet musical…

source :  http://archives.varmatin.com/hyeres/hyeres-colin-greenwood-de-radiohead-aimerait-enregistrer-un-album-a-la-villa-noailles.1216613.html

— Colin Greenwood / Var Matin, 28 avril 2013

 

2014

En janvier 2014, on en est toujours au même point : le groupe n’a encore parlé de rien.

DiS: Finally, moving onto Radiohead, are there any plans for a new album in the foreseeable future?

Colin Greenwood: I don’t really know. It’s all up in the air at the minute. Thom’s just come back from touring Atoms For Peace and he’s having some quiet time. I’m sorry to be vague but we’re all just taking it easy at the moment. Just enjoying being at home and hanging out really. But at the same time, the vibe is very much Oxford and all good! It’s like that. I wish I could say we were going to start work and put something out then spend twelve months on the road touring but we’re just enjoying being at home right now. We had the best time when spent the last two years touring The King Of Limbs. We all really enjoyed that. It was a really positive time. We definitely want to do it all again but we’ve just got to give it some time for the dust to settle.

DiS: Are there any new songs ready for the next record? I read that you’d recorded a couple of tracks in Jack White’s studio last year.

Colin Greenwood: I don’t know. I think we’d have to revisit them and finish things. I think generally we work best when we’re all together for a long period of time. But then I say something like that and think back to when we recorded ‘Lucky’ in under a day at some studio in South London so I don’t know… What I’m trying to say is everyone’s very happy and positive and looking forward to the next adventure.

source : http://drownedinsound.com/in_depth/4147335-dis-meets-colin-greenwood-from-radiohead

— Colin Greenwood / Drowned in sound, 21 janvier 2014

 

Fin janvier 2014, Colin, toujours, est de passage dans l’émission de Steve Lamacq sur BBC 6. Il explique avoir croisé le jour même, assez brièvement, Thom et Phil. Ils ont discuté « about stuff and plan-making« , mais Phil semble trop pris par son nouvel album pour s’impliquer dans Radiohead…

 

Le 21 février, c’est Jonny qui douche les espoirs renaissants de tout le monde au détour d’une interview pour SinfiniMusic :

Do you have any plans for recording or touring with Radiohead?

Not at the moment. There are songs floating around, but we’re waiting to get our strength together – it can be a long process.

 

En février 2014, Radiohead lance Polyfauna, une application avec un univers… étrange. Cela ne donne aucune indication aux fans, mais ça prouve au moins que l’actualité du groupe n’est pas vide, quelque chose est reparti.

 

Le 31 mars 2014, les spéculations sont relancées par les déclarations du même Jonny Greenwood, qui explique que le groupe devrait (enfin) se rencontrer pendant l’été pour planifier la sortie d’un nouvel album :

So, I feel like I have to ask. When are we going to have a follow-up to Radiohead’s 2011 album?

Well we’re meeting up at the end of the summer, and we’ll make a plan. But, you know, we’re a slow-moving animal, always have been. I guess we’ll decide then what we do next.

Source : http://www.nashvillescene.com/nashvillecream/archives/2014/03/31/jonny-greenwood-the-cream-interview

— Interview de Jonny Greenwood, NashvilleScene, 31 mars 2014

 

Et justement le 12 juillet 2014, durant l’été, Jonny Greenwood déclare à Mary Anne Hobbs dans son émission sur BBC 6Music :

« We’re going to start up in September, playing, rehearsing and recording and see how it’s sounding. »

 

 

3 jours plus tard, soit le 15 juillet, sur twitter, Thom commente un peu tout ça à sa manière (énigmatique…)

all that we want is this to be over we’re shutting the hatches and freezing you out
— tweet de Thom Yorke, 15 juillet 2014
Enregistrement de l’album

On ne sait pas si le groupe s’est vraiment retrouvé, comme annoncé, en septembre, mais sur twitter, Thom Yorke poste des photos de vieux artworks, de feuilles de paroles… qu’il semble consulter avec Stanley, pendant que ça bosse dans le studio :).

Stanley & me going thru15years of discarded words & pictures..!while overdubs happen in Radiohead studio.2nd day only pic.twitter.com/XP3TZVeMzq
6736e4d94f9043bb4672e08ee24daa3f
— tweet de Thom Yorke, 23 septembre 2014

Sur twitter, les photos s’enchaînent.

le 26 septembre, Thom sort son deuxième album solo, Tomorrow’s Modern Boxes.

Le 6 octobre 2014, c’est Phil Selway, interviewé en Italie, qui nous donne des nouvelles de l’avancée du travail sur un potentiel album de Radiohead : c’est long, il y en a peut-être pour 8 mois ! Et lui sort ce jour là son second album solo Weatherhouse.

Stiamo registrando musica insieme. A parte l’entusiasmo di tornare a fare musica insieme, siamo ancora lontani da capire come e dove andremo con questo disco. Non so che forma avrà né ho qualche idea in proposito. Ci prenderemo un po’ di tempo per pensarlo e realizzarlo, anche otto mesi da ora.

source : http://www.repubblica.it/spettacoli/musica/2014/10/04/news/phil_selway-97081853/

— Phil Selway,repubblica.it, 6 octobre 2014

Le 15 novembre et le 16 novembre, d’après les tweets de Jonny et de Nigel , on peut penser que le groupe est en studio.

 

Le 20 novembre 2014, Jonny commente :

I’m late, they’ve all gone [to the studio] now. (…) We’re currently playing and recording and it’s fun to see everyone again, it’s been a long time coming, we’ve been waiting all of us for a long time. (…)it always feels when we start up like we still don’t know really how to do it, and we don’t know quite what to do. ‘Looking down avenues’ is a very kind way of putting the kind of fumbling that we do, mainly because every time we try and do it like the last time — because that worked — it never seems to work. So we talk about different approaches and we’re currently trying a bunch out.

source : www.bbc.co.uk/programmes/p02bh6n4 (à partir de 1:34)

— BBC Radio Oxford, Interview de Jonny Greenwood par David Prever, 20 novembre 2014

Fin novembre et début décembre 2014, Nigel tient les fans en haleine avec d’autres photos qui laissent imaginer le groupe au travail, en studio, autour de lui :

2015

Au début de l’année 2015, les membres de Radiohead travaillent chacun sur des projets personnels : Jonny tourne avec Junun, mixe l’album d’Anna wintour, Phil est en tournée, Thom poste sur twitter des photos de piano…

Le 4 février 2015, Phil Selway, au détour d’une interview pour drowned in sound, semble dessiner l’emploi du temps de Radiohead : ils ont un peu travaillé pendant l’automne 2014, ont fait une pause pendant les vacances de fin d’année, on travaillé chacun sur leurs projets personnels en début d’année 2015, et en mars, ils vont faire un point sur l’album de Radiohead. Rien n’est terminé, même s’ils ont déjà pas mal bossé !

Well, equally, my editor wouldn’t forgive me if I didn’t ask how album number nine is progressing with Radiohead...

It’s all coming along nicely, thank you! We worked throughout the autumn up to just before Christmas, and now we’re just taking some time away for other projects. We’ll get back to it in March and we’ll make an assessment of where we are then, but we’ve been excited about what we’ve been doing so far. It’s by no means finished yet, so we’ve got a way to go. It’s been a productive time though.

So you’re not even sure if new material might see the light of day this year necessarily? It’s just going to be ready when it’s ready?

I wouldn’t want to start to predict that kind of thing in a Radiohead schedule because you can find yourself six months down the line saying “I wish I hadn’t have said that actually!”

source : http://drownedinsound.com/in_depth/4148661-dis-meets-radioheads-philip-selway–if-it-means-something-to-some-people-then-that-is-success

— Phil Selway, drownedinsound.com, 4 février 2015

Le 18 mai 2015, Nigel semble dire dans une interview qu’il est en train de mixer le nouvel album de Radiohead… mais dément très vite !

Quelques jours plus tard, le 29 mai, il poste pourtant sur tweeter une photo de son matériel de mixage… On peut imaginer que le groupe est de nouveau en studio. Ah l’art de teaser et de s’amuser avec les fans !

En juin, c’est Jonny Greenwood qui confirme que le groupe travaille à nouveau… Une interview hollandaise laisse même entendre qu’il aurait travaillé sur lift, une bien vieille chanson !
(ceci dit Jonny a l’air plus amusé qu’autre chose…).

Je manager Bryce Edge zei ook dat jullie ook werken aan een heel oud nummer, Lift. Jullie hebben het ooit op Pinkpop eens gespeeld?

‘Oh ja? Zei hij dat? Het is nogal een management-favoriet. Wat mensen niet weten, is dat op elk album wel een nummer staat dat al veel langer bestaat. Op In Rainbows bijvoorbeeld stond het nummer Nude, dat al twintig jaar bestond. De eerste versie was niet wezenlijk anders, je zou het herkennen, maar we hebben nooit het juiste arrangement gevonden. Lift is ook zo’n oud liedje, dat nog niet de juiste vorm gevonden heeft. Maar als een idee goed is, blijft het ook goed, in welke vorm dan ook. Wist je dat Heart Of Glass van Blondie oorspronkelijk een country & western nummer was? Het werd uiteindelijk een pop-disco-classic.’
source : http://3voor12.vpro.nl/nieuws/2015/Best-Kept-Secret/Jonny-Greenwood-interview.html

— Jonny Greenwood, http://3voor12.vpro.nl, 16 juin 2015

Fin juin 2015, dans l’émission The Talk House, Phil Selway précise qu’il faudra se revoir en septembre :

that’s been going in fits and starts, but come September it just becomes quite a full schedule.
source : https://soundcloud.com/thetalkhouse/philip-selway-with-ghostpoet/s-VvZpz
— Phil Selway 25 juin 2015

Pendant l’été, chacun est libre de retourner à ses projets : Thom tourne avec Nigel pour promouvoir Tomorrow’s Modern Boxes par exemple. En août, Phil dit peu ou prou la même chose que le 25 juin :

On va avoir un emploi du temps plutôt chargé, dit Selway. J’espère que l’album sera terminé plus tôt que tard, mais on ne sait jamais. Je vais également commencer à penser à mon troisième album, brasser des idées….
source : http://www.lapresse.ca/arts/festivals/osheaga/201507/31/01-4889568-philip-selway-une-deuxieme-vie-hors-de-radiohead.php
— Phil Selway 1 août 2015, La presse.ca

 

Le 6 septembre 2015, Robert Ziegler, qui avait déjà collaboré avec le groupe sur le morceau Codex, ainsi qu’avec Jonny Greenwood sur les bandes originales de There Will Be Blood  de Inherent Vice en 2014, poste sur twitter des photos qui montrent le groupe en studio, et avec un orchestre philharmonique ! Les photos seront effacées car très vite, des gens reconnaissent le lieu…

Le groupe est alors à Saint Rémy de Provence, aux studios La Fabrique et travaille avec une équipe locale, notamment Maxime Le Guil.  Ce dernier écrira quelques temps après la fin de l’enregistrement au magazine les Inrocks pour livrer ses premières impressions. Le magazine en parle dans son numéro spécial quelques jours après la sortie de l’album :

Il y a quelques semaines, Maxime Le Guil, le jeune ingénieur du son français qui a travaillé comme assistant sur l’album, nous décrivait le nouveau Radiohead comme « un mélange entre la fougue mélancolique d’OK Computer et la maturité de Kid A »
— Les Inrocks, N°1067, du 11 au 17 mai 2016

 

Sur un article du Monde, le 3 mai, un certain Raoul laissera un commentaire avec un jugement moins nuancé :

Ils étaient au studio LA FABRIQUE près de St Rémy de Provence il y a quelques mois pour y enregistrer quelques titres trèèès dépressifs.

source : http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2016/05/02/la-disparition-derniere-cartouche-situationniste-de-radiohead/

— Le Monde, 3 mai 11h51

 

Le 15 octobre, Jonny est de passage en Russie, pour la promotion de Junun, notamment la radio Silver Rain. L’interview est sans surprise. Un blog la traduit en anglais (mal) et et prête à Jonny des paroles qu’il n’a pas tenu. Toutefois La presse se fie à cette traduction qui lui fait dire :

We have finished recording the new album, but we keep it pereslushivaem and change their views on the recorded material. We hope that soon we will have exactly finish it and start to build plans for a concert tour next year. »

Thom et Jonny démentent très vite sur twitter.

Le 25 décembre 2015, le groupe coupe court aux rumeurs qui le disait travailler à une chanson pour le prochain James Bond : c’est vrai, mais la chanson n’a pas été retenue… et le groupe « l’offre » aux fans.

Les fans notent à partir de cette date un changement de bannière sur le site radiohead.com et sur les comptes du groupe sur les réseaux sociaux.

2016

Fin 2015 et début 2016, les 5 membres fondateurs du groupe créent deux compagnies, certainement en lien avec la sortie du nouvel album : Dawn Chorus LLP (7 octobre 2015) et Dawnnchoruss Ltd. (25 février 2016).

La pratique du créer une nouvelle compagnie pour accompagner la sortie d’un album est « courante » pour Radiohead, citons quelques précédents  :

  • _xendless_xurbia , fondée en juillet 2007, tandis que l’album In raindows sortit en octobre 2007
  • Ticker Tape, fondée en décembre 2010. The King of Limbs sort en février 2011.

On se met alors à penser que le prochain album aura pour titre « Dawn Chorus ».

Le 11 janvier, Nigel poste une video sur twitter qui rappelle les photos postées à la fin de l’année 2015 : il semble à nouveau en studio !

Le 21 janvier, Radiohead annonce une tournée, dans la foulée de l’annonce et de la promotion de ces dates, on découvre de nouveaux artworks, que l’on imagine en lien avec le nouvel album.

1

Italo, un membre actif du forum board du site de fans citizeninsane, assez proche du groupe qu’il a déjà rencontré en Amérique du Sud explique :

apart from what I’ve shared with you lot in the last few days, now that radiohead is finally touring I can say: they were looking at tour possibilities as far back as august 2013, when they were planning a late 2014 tour which obviously didn’t take place. this is something that means they have scrapped the whole thing and made new plans at some point during the recording sessions. this means there is probably a great deal of material they’ve ditched from recording until then (this includes the third man records sessions) so we’re in for something seriously well-thought and not just a throwaway selection of songs. I do have an email from my job’s hq back in july 2015 mentioning the month of release (which I’m now inclined to believe it’s the physical one and not the download) and this comes straight from their booking agent, with whom the company has a great relationship. this is why I’m so convinced of the release month, even if I heard about this in july. this is a major band securing their tour dates way in advance… don’t get surprised they registered their new company in october as they were probably very aware of a deadline they set for themselves just to be able to tour this year.

Fin janvier, début février 2016, on remarque régulièrement quelques changements sur le site du groupe, et sur le blog « dead air space ».

Le 8 mars, TheGigRig dévoile quelques photos du nouveau matériel d’Ed pour la prochaine tournée !

tps://www.facebook.com/thegigrig.page/posts/982375088464655

 

Mi-mars, d’autres dates de concert sont ajoutées pour mai-juin et juillet. Le groupe ne se produira pas dans des festivals, mais aussi dans de petites salles (les Arenes de Lyon, 4000 places !).

Dans la foulée de l’annonce, on découvre de nouveaux artworks. Exemple avec une publicité pour le concert de Paris :

RADIOHEAD-2016_3300382299199510928

Idem pour les concert d’Amsterdam :
819980

Une bannière sur waste :
954r1947562
Mi-avril 2016, Brian Message,  manager du groupe déclare à un public venu l’écouter parler de musique, que l’album sortirait en juin. (source).

Une image sur facebook :
10580726_10153138533952245_5216255170310070227_o

Concerts de Mexico :
12829111_10153286360887161_2262911906214610921_o

Los Angeles :
tumblr_o41j10TUHn1qzg7h0o1_500

Lyon :
radiohead_corida

Mi-avril 2016, Brian Message, manager du groupe déclare à un public venu l’écouter parler de musique, que l’album sortirait en juin. (source)

Le groupe fait un démenti cinglant : Brian Message n’est pas un proche du groupe, il ne faut pas se fier à ce qu’il dit…

On constate à nouveau quelques changements sur le site radiohead.com…

Le 1er mai, radiohead.com disparait progressivement, le site est recouvert dans un premier temps d’un voile noir s’opacifiant peu à peu (à 18h, le site est tout blanc, et on ne peut plus rien consulter). Les pages facebook, twitter et googlePlus du groupe suivent dans la foulée, tous les messages sont effacés, le groupe n’a plus d’image de profil (c’est un carré banc !). idem pour le compte twitter de Thom…
twitter

Le 3 mai dès 7h, c’est via le tout nouveau compte instagram de Radiohead qu’est lancé un jeu de piste qui va durer toute la journée. Extraits de vidéo et images qui apparaissent subrepticement font patienter (difficilement) les fans jusqu’à 17h, heure à laquelle est dévoilé le clip (et la chanson) de Burn The Witch (dont on ne connaissait jusque là que quelques bribes).

Cette image apparue de temps à autre (parfois en version négative) sert désormais d’image de profil au groupe sur les réseaux sociaux :
13124655_10153401186557245_9166071305222098333_n

Tandis qu’en « papier peint », le groupe choisit cette image déjà entraperçue avant :
13151705_10153401187697245_4599701850640953536_n

 

On apprend dans les Inrocks paru la semaine qui suivra la sortie de l’album que le groupe est tellement content des retours face à cette première vidéo que la sortie de l’album est avancée :

Article de Christophe Conte :

Radiohead aussi a été bien inspiré d’avancer la sortie d’un album prévu au départ pour juin (…)

 

Article de JD Beauvallet et Maxime  de Abreu :

Car A Moon Shaped Pool devait sortir fin mai, pour accompagner une poignée de concerts européens. Mais la réaction enthousiaste des réseaux sociaux à la chanson envoyée en éclaireuse, la magnifique Burn The Witch, en a décidé autrement. Le groupe a alors choisi dans l’urgence de précipiter la sortie, après avoir été rassuré sur son aura intacte (…)

— Les Inrocks, N°1067, du 11 au 17 mai 2016

 

Le 5 mai, le jeu recommence et à 17h, on découvre une toute nouvelle chanson : Daydreaming, et la date de sortie du nouvel album, le 8 mai à 19h (heure anglaise). Il est confirmé que la chanson sera sur l’album :

say

Le site XL recordings est prêts à accueillir le déferlement des fans dans deux jours… et pour l’occasion arbore une nouvelle photo du groupe :
xlr

 

 

Le 8 mai, alors que l’attente est à son comble, l’album est disponible sur Google Play une heure avant l’heure annoncée… On découvre par là même le nom de l’album et sa couverture.

A 20h (heure française), l’album est officiellement annoncé par le groupe :

 

annonce

 

Un site a spécialement été mis en ligne pour assurer la vente de l’album. En plus de la version digitale (disponible au format MP3 et au format WAV), il est possible de précommander la version vinyle (sortie prévue le 17 juin) et la version vinyle édition spéciale (livraison en septembre)
edition speciale

formats

Au moment de la sortie, Nigel Godrich nous apprend que cet enregistrement a été intense… et spécial puisqu’il a perdu son père dans cette période.

Ed et Colin sont contents :

 

Les premières critiques de l’album sont toutes bonnes :

Slate : «True Love Waits», l’amour (enfin) récompensé des fans de Radiohead Le Point : Radiohead revient sur ses racines rock dans un nouvel album intimiste Les Inrocks : “A Moon Shaped Pool” : l’album de Radiohead le plus captivant depuis “OK Computer” ? La Libre.be : « A Moon Shaped Pool », le nouvel album de Radiohead est sorti Lesoir.be : Radiohead s’envole de nouveau The Guardian : Achieving something they’ve never achieved before Rolling Stone : Radiohead’s ‘AMSP’ Album Is a Haunting, Stunning Triumph NYTimes : In Radiohead’s ‘AMSP,’ Patient Perfectionism NME : Radiohead’s ‘A Moon Shaped Pool’ – The Biggest Talking Points Le Monde : Radiohead retrouve les sommets avec « AMSP » Telerama : Radiohead, un retour lumineux France TV Info :
Radiohead signe un joyau de spleen avec « AMSP »
Liberation : Le jeu de pistes de Radiohead NME : Radiohead – A Moon Shaped Pool’ Review 

Tracklist Crédits
Previous post

Daydreaming (single)

Next post

Tinker Tailor Soldier Sailor Rich Man Poor Man Beggar Man Thief

370 Comments

  1. nicomaurice
    9 mai 2016 at 11 h 53 min —

    vous savez si il y a un temps limité pour commander la version spéciale?

  2. The thief
    9 mai 2016 at 12 h 43 min —

    Dans l’ensemble les critiques sont unanimement élogieuses.
    La chronique du Monde:

    http://www.lemonde.fr/musiques/article/2016/05/09/radiohead-retrouve-les-sommets-avec-a-moon-shaped-pool_4915815_1654986.html

  3. The thief
    9 mai 2016 at 12 h 54 min —

    On pourrait regretter les absences de Skirting on the surface, Open the foodgate, Cut a hole ou encore Lift , mais à l’écoute de ce qu’est devenue True Love, je me dit qu’avec Radiohead rien n’est jamais perdu.

    Et qui sait ce que sont les deux morceaux bonus.

  4. Avatar
    9 mai 2016 at 13 h 17 min —

    Ouf, j’ai cru j’allais devoir changer de platine!!! Merci pour les réponses.

    Un très bel album en tout cas, loin de ce à quoi je m’attendais mais même true love wait comment à prendre grâce à mes yeux.

    J’espère juste que skirting on the surface fera partie des chansons bonus, je l’espérais vraiment sur cet album.!!!

  5. Avatar
    9 mai 2016 at 13 h 37 min —

    Comme beaucoup ici, j’écoute l’album en boucle depuis sa sortie.

    Jamais Radiohead n’a paru si serein, si détaché de ses sentiments, si léger.
    Si mature en somme. Du coup, après avoir exploré les altermoiements plus ou moins adolescents ( la période pré-kida), avoir sombré petit à petit dans la paranoïa (avec HTTF comme paroxysme) ils s’ouvrent une palette à peine explorée jusqu’à présent (sauf sur in bloom, reckoner…). Les membres de radiohead ont vieillis et c’est très bien ainsi.

  6. Avatar
    9 mai 2016 at 13 h 44 min —

    Par contre est-ce que je suis le seul à penser ne plus entendre un groupe ici ? Phil et Ed semblent quasi-absents. Ils jouent rarement et lorsqu’ils le font, le mixage les rends peu audibles, en arrière, utilisés comme une matière première pour les arrangements de Johnny. Johnny, le grand gagnant de cet album, qui semble prendre des maquettes acoustiques de thom yorke et poser des arrangements, qui sembleraient presque parfois sans rapports (le tempo qui semble presque ne même plus être le même par moments, les cordes qui ne jouent pas le jeu des réponses au chant sur the numbers…). Et ces arrangements, qui ont souvent bien plus à voir avec ses pérégrinations solos (indiennes, contemporaines ou bo) qu’avec l’histoire de Radiohead. Je ne m’en plains pas d’ailleurs, j’ai toujours pensé que Johnny Greenwood était le personnage le plus intéressant du groupe.

    • Avatar
      9 mai 2016 at 13 h 49 min —

      Tu pourrais aussi ajouter Colin dans une moindre mesure, on peut pas dire que les basses dominent l’album.

      • Avatar
        9 mai 2016 at 14 h 03 min —

        C’est vrai. Avec comme nuance qu’ il y a tout de même encore régulièrement des moments imortants de basse ici. Et , excepté sur quelques morceaux de leur carrière (15 steps, airbag, the national anthem…), la basse est généralement assez discrète chez radiohead.

        • murasaki
          9 mai 2016 at 14 h 59 min —

          J’adore la basse sur cet album, c’est peut être l’instrument qui m’a le plus frappée. Elle apparait souvent à mi parcours d’un morceau, donne parfois une couleur jazz très réjouissante. Notamment sur burn the witch, decks dark, dans la deuxième partie de daydreaming où elle donne soudain un nouveau souffle au morceau… sur true love waits, elle apporte un aspect spectral qui n’était pas dans l’ancienne version.

    • Avatar
      9 mai 2016 at 16 h 45 min —

      Bizarrement je pense que c’est quasiment Jonny qu’on entend le moins JOUER sur cet album. Evidemment il est omniprésent de par les arrangements de corde qui ont du nécessité un travail monstrueux, mais il ne semble jouer quasiment jamais.
      Ed, je serais beaucoup moins catégorique. Faut pas forcément s’attendre à entendre un guitare pour savoir qu’il joue. Treefingers sur Kid A, par exemple, c’est principalement lui qui joue, ce qui ne saute pas aux oreilles. Là sur cet album, je pense qu’il sort encore du schéma auditif classique d’une guitare. Daydreaming, par exemple, je l’imagine bien être omniprésent derrière l’atmosphère unique de ce morceau. Ses parties de guitare plus classiques sont rares, c’est vrai, mais il est Decks Dark (à gauche je pense que c’est lui), The Numbers, Identikit… Et puis sur toutes les autres avec ses effets dont on en reconnaît certains sans mal. Certes il est rarement mis super en valeur, mais je dirais que c’est à l’image des deux derniers albums, pas plus ni moins.
      Pour Phil c’est plus compliqué en effet. Cependant je pense qu’il a élaboré les parties rythmiques hors batterie, même si Thom est bien présent là-dessus aussi.
      Colin, j’adore son apport sur cet album. Comme ça a été dit, ses lignes de basse sont hyper bien senties et bien placées dans le spectre (N. Godrich fait là une bien meilleure production que sur TKOL).
      Après on risque d’avoir des grosses surprises en live sur la répartition des rôles. Le piano est omniprésent sur l’album, qui va le tenir en live? Jonny certaines fois, Thom certainement souvent. Phil va peut-être plus se tourner vers un synthétiseur pour le côté drumbeat et laisser Clive taper sur ses toms, ou inversement. Ed lâchera peut-être la guitare pour des claviers… Et aura de toute façon des partie de tambourin à jouer (blague).

      En tout cas moi j’ai l’impression d’entendre tout le monde sur cet album, et il suffit de réécouter Tomorrow’s Modern Boxes qui, tout en étant un bon album, est loin du niveau de celui qui vient de sortir, montrant que si Thom est un génie, il reste meilleur avec ses acolytes de toujours.

  7. Annie
    9 mai 2016 at 14 h 33 min —

    Première écoute, un peu distraite peut-être mais le sourire aux lèvres . Je m’étais promise de ne pas lire les commentaires avant pour ne pas être influencée dans mon jugement. D’ailleurs de jugement je n’en ai qu’un : Cet album est SUBLIME et n’ayant pas l’esprit aussi mélomane et critique que nombre d’entre vous, je ne peux pas dire que tel ou tel morceaux mérite ou non d’être sur la tracklist, ou que tel sample se rapproche de … ou rappelle un tel ou encore un autre … Je me dis tout simplement que c’est le fruit de nombreuses années d’écoute, de « fouilles », de coopération, d’une grande culture musicale que je n’ai malheureusement pas! Une chose est sûre : Ça valait le coup d’attendre non ?

  8. Avatar
    9 mai 2016 at 18 h 03 min —

    hier soir a 1:00 du matin j’ai reecouter l’album pour je sais pas combien de fois et la pour moi ca été le moment que je me suis dit ca y est je suis rentré dans l’univers reelement de cette album. J’aime bien le coté orchestrale et les violons et les coeurs qui sont super beau.

    Desfois j’ai l’impression que ce groupe sait plus que moi ce que je veux entendre. Par exemple present tense que j’etais pas convaincu de la facon qu’il l’ont mis sur l’album bien la j’embarque totalement dans cette version.

    Je crois que pour la plupart le monde aiment. C’est pas un album rock mais je crois les fan de the bends avait deja compris un peu que radiohead c’est pas leur priorité les guitares.

    Les critiques sont excellente et metacritic qui les compilent bien c’est bien parti 9.5 sur 10 en moyenne par 335 votes par le monde et 8.8 pour la critique.

    http://www.metacritic.com/music/a-moon-shaped-pool/radiohead?ref=hp

    Meme si en fait il faut pas penser au critique quand on écoute un album a mon avis on peu adorer un album et que ca soit mal critiquer

  9. Avatar
    9 mai 2016 at 18 h 56 min —

    Pensez vous qu’ils publieront un live from the basement ?
    Combien de temps après The king of limbs était sorti le precedent ?

    • Avatar
      11 mai 2016 at 13 h 42 min —

      Pour le basement du roi des limbes, il était sorti en décembre 2011 (album : février 2011). Pour In Rainbows, le basement était sorti en juin 2008. L’album était sorti en octobre 2007.

    • Avatar
      12 mai 2016 at 4 h 00 min —

      Je l’espère vivement ! Les deux Live From The Basement étaient formidables… Plus encore celui de TKOL qui avait heureusement vite ranimé mon intérêt pour cet opus (un peu tiède au départ j’avoue). 

      Avec les inédits « The Daily Mail » et « Staircase » en prime, c’était le pied. 

  10. Avatar
    9 mai 2016 at 19 h 04 min —

    Bonjour à tout le monde !

    Je ne sais pas trop pourquoi mais j’avais envie de participer ici et maintenant. A l’époque de justrh.fr (ou après…?! je ne sais plus à vrai dire) j’étais passé quelques fois faire un coucou par ci par là et discutailler un peu. Mais toujours depuis je passe ici pour lire les nouvelles. Merci pour les contributeurs qui font vivre avec qualité ce site !

    Certitude n°1: Une claque, lourde, et absolument déroutante. Pour l’instant aucun jugement sur cette production. Impossible. Il y a tellement, tellement, tellement de choses et de nouvelles approches à encaisser, à assimiler et à découvrir… C’est comme revoir un vieil ami disparu et qui nous balance, nous assène 5 ans de vie à rattraper. La lumière à la sortie du tunnel est encore trop forte…

    Certitude n°2 : Pourtant: émotion quasi immédiate sur Decks Dark. Lancinant, groovy, sexy. Haute facture. Sans appel pour mes oreilles.

    Certitude n°3 : Je suis loin de connaitre et de maitriser l’histoire passée et actuelle de la musique mais il me semble que l’on peut dire que Radiohead (comme entité de musiciens en groupe ou comme laboratoire de collaborateurs… question intéressante qui a été soulevée un peu plus haut…) est indéniablement précurseur et a cette capacité à se renouveler en permanence avec qualité.

    Certitude n°4 : j’entrevois toute la beauté de leur travail, l’émotion n’est pas encore hyper présente mais je leur fais confiance. J’aime leur donner ma main, qu’ils la prennent et qu’ils me fassent découvrir tout leurs nouveaux trucs (au sens tour de passe-passe). Vais-je encore ressentir des choses ? C’est comme une histoire d’amour au final, on peut redouter le moment où il n’y aura plus rien mais c’est tellement bon quand on comprend qu’on aime encore…

    Mixage et production…. Godrich a mangé George Martin et Geoff Emerick! Pink Floyd. Ennio Morricone. Massive Attack. Voix souvent très franche, et claire. De plus en plus son utilisation de sa voix en fait un chanteur et aussi un instrument. Beaucoup de développement au niveau des structures un peu frustrant… A apprivoiser. Mais tous les élèments sont là. Je le vois, je le sens. Il faut juste apprendre à lire cette nouveauté. Le gap est-il au final plus grand encore qu’entre Ok Computer et KidA/Amnesiac… ?

  11. Avatar
    9 mai 2016 at 20 h 21 min —

    L’album est excellent, comme l’était In Rainbows.

    Mais il y a un truc qui me chiffonne, juste un (hormis qu’il manque un pur morceau électro à la Idioteque, Everything, Gloaming, Feral, Orgy, etc…), pour le moment.

    Il y a quasiment que des excellents morceaux mais pas un morceau fort.
    Pas un truc qui me donne envie de le mettre en boucle tellement c’est bon.

    Pas un truc qui me rend dingue comme Idioteque et Everything quand Kid A est sorti, comme I might be wrong ou Like Spinning Plates, et pas quelque chose comme There There ou The Gloaming, pas un morceau du niveau de The Daily Mail, que je pourrais écouter toute la journée.

    En fait c’est ça pour moi, il manque The Daily Mail et une bombe électro à cet album pour l’amener au niveau d’un OK Computer ou d’un Kid A. Je pense qu’il fera pour moi comme In Rainbows. Un excellent album mais pas celui qui me vient en tête dans mon top 3.

    Peut-être aussi parce que, comme In Rainbows, c’est plus un excellent album qu’une claque au sens « jamais entendu un truc pareil ».

    Quelqu’un a ce sentiment aussi ?

    • Vito
      10 mai 2016 at 15 h 29 min —

      D’accord… et pas d’accord.

      D’accord pour dire qu’il manque dans cet album un morceau fort, un chef d’œuvre, un monument qui marque l’histoire du groupe, comme l’ont fait d’autres titres avant (EIIRP, Idioteque, There There, Pyramid Song, Karma Police…).
      Les morceaux sont tous très bons, j’adore cet album, mais pareil, il me manque un morceau phare. Je ne sais pas si je prendrai un jour une claque aussi monumentale que lors de ma première écoute d’Idioteque… Peut-être que ça viendra au fil des écoutes 🙂

      Pas d’accord sur In Rainbows qui est mon album chouchou, en tête de mon top 3, avec des claques à l’écoute d’Arpeggi, Jigsaw, et surtout, SURTOUT, Reckoner…

  12. Avatar
    9 mai 2016 at 20 h 39 min —

    In you I’m lost …..ca tourne en boucle dans ma tête même quand je n’écoute pas l’album….la découverte se poursuit…

  13. marjorie
    10 mai 2016 at 0 h 12 min —
    • Annie
      10 mai 2016 at 1 h 25 min —

      La voix de Thom Yorke maussade ???? J’imagine les bonds que certains ont du faire en lisant ça … moi y compris ! Elle apporte tellement de poésie, de sensibilité voire de douceur malgré les thèmes abordés dans certains textes … Rhaaa difficile d’être objective je sais … mais j’me soigne ! 😉

  14. Avatar
    10 mai 2016 at 1 h 00 min —

    Decks Dark ! Decks Dark ! OMG !
    Meilleur morceau de Radiohead de tous les temps.
    Et moi qui ai écouté en boucle, des centaines (millier ?) de fois, les Everything…, Jigsaw falling into place, Nude, Pyramid Song, et j’en passe, et beaucoup encore, jamais je n’aurais pu imaginer prendre une telle claque sur ce LP9. Je crois que je n’avais pas pris une telle claque depuis Everything in its right place.
    Et en plus, d’autres pépites extraordinaires à découvrir encore (je dois en être à peine à 5 ou 6 écoutes intégrales de l’album), et déjà, Glass Eye, et évidemment Present Tense (quelle orchestration magistrale).
    Miam Miam Miam !

  15. Avatar
    10 mai 2016 at 8 h 01 min —

    Après 4 écoutes, vraiment enchanté par cet album.

    A part Desert Island Disk à laquelle j’accroche moins (mais c’est marrant de les entendre dans un registre plutôt folk ^^), le reste est vraiment sublime, cohérent. Surement l’album le plus intimiste et mature de RH.

    Au début je me disais aussi qu’il manquait peut être un ou deux titres plus dingues (comme Gregdelof plus haut) mais finalement l’album est plus cohérent ainsi. Et Ful Stop joue plutôt bien ce rôle 🙂

    Decks Dark me donne des frissons dans tout le corps, c’est vraiment bon ça 😀

  16. nicomaurice
    10 mai 2016 at 8 h 57 min —

    Decks dark fait visiblement l’unanimité auprès de tout le monde!

  17. Pol
    10 mai 2016 at 9 h 18 min —

    Après 3 écoutes le plaisir augmente. J’ai de plus en plus l’impression d’écouter une extension du travail réalisé pour In Rainbows, notamment au niveau guitares. Avec un horizon nouveau toutefois, en partie lié à l’utilisation des cordes.

    On se tente un sondage pour connaître vos titres favoris ? S’il fallait en retenir 4 je dirais probablement : Burn the Witch, Decks Dark, Ful Stop et Identikit.

    Mais je me connais, ça changera 🙂

    • Avatar
      10 mai 2016 at 9 h 34 min —

      Decks Dark, Ful Stop, Identikit, Daydreaming et Present Tense

      Mais ça changera aussi bien évidemment au fil des écoutes, comme à chaque fois 🙂

    • murasaki
      10 mai 2016 at 9 h 38 min —

      Bonne idėe Pol! J’en suis a 3/4 ėcoutes et pour l’instant mes chouchous seraient :

      Decks Dark aussi, qui rappellle la periode amnesiac, avec un chant peu articulė de Thom que je connaissait pas mais que j’aime beaucoup!

      The numbers, qui m’avait pas trop emballėe dans sa version Silent spring (Thom sur la vidėo de Pathway to paris qui jouait une mėlodie que lui seul comprenait, s’excusant a un moment donnė « ca c’est la partie de jonny » ou un truc du genre…) mais là de suite avec cette orchestration ca devient très bon !

      Hum True love waits possède une atmosphère incroyable, hors du temps, grace a une orchestration certes minimaliste mais très inspirėe (la basse en arrière plan, sublime!)

      J’ai tendance a zapper les deux premiers titres, je crois que je les ait trop ėcoutės, je les garde pour plus tard…

    • Laurent
      10 mai 2016 at 10 h 25 min —

      – True Love waits
      – True Love waits
      – True Love waits
      – True Love waits

      (et pourtant je suis un inconditionnel de(s) version(s) live)

      • Avatar
        10 mai 2016 at 10 h 43 min —

        Ils ont osé enregistrer cette chanson qui n’avait pas besoin d’une version studio… ils ont osé, et ils l’ont même complètement transformée! Remplacer cette partie de guitare brûlante style je-suis-au-bord-de-la-crise-de-nerfs par ce piano timide et planant… il faut le faire! Résultat: une toute autre chanson, une toute autre atmosphère… et c’est magnifique. Chapeau.

    • marjorie
      11 mai 2016 at 20 h 08 min —

      Le sondage était une bonne idée. j’ai mis un sondage sur la page d’accueil.

    • Avatar
      12 mai 2016 at 4 h 19 min —

      J’ai réagi pour la 1ère fois ce soir sur le site suite au papier des Inrocks… Je suis soulagé à la lecture de certains posts que le sentiment de parenté avec IN RAINBOWS est partagé par d’autres !!! 

      BURN THE WITCH est à mon sens un morceau énorme, l’un des plus beaux titres d’ouverture qu’ils aient fait: lyrique et raffiné, urgent et acide. Un hybride de « Airbag » et de « 2+2=5 » au niveau de l’écoute, avec un savant traitement des cordes qui m’avait rappelé « Hounds Of Love » de Kate Bush. Embarquement immédiat. 

    • Avatar
      12 mai 2016 at 4 h 32 min —

      Avant d’écrire au sujet du papier des Inrocks, j’aurais dû tous vous lire ! Globalement d’accord avec toi Pol, si ce n’est le plaisir qui tarde à venir… Pas mal de titres me semblent tout droit sortis de la matrice d’IN RAINBOWS et cette « régression » me questionne beaucoup. 

      Quant à « Identikit » je ne peux pas encaisser l’intervention du chœur, que ressens comme très affecté…. de mauvais goût ? Il m’évoque Phil Spector et ce qu’il avait infligé à « The Long And Widing Road » sur LET IT BE.

  18. Avatar
    10 mai 2016 at 9 h 35 min —

    Oui, un petit sondage !

    Pour l’instant, mon trio de tête est (dans l’ordre) :
    – Burn the witch
    – Present tense
    – Glass eyes

  19. Avatar
    10 mai 2016 at 10 h 14 min —

    Mes 4 à moi seraient :
    – Decks Dark
    – Glass Eyes
    – Identikit
    – Present Tense

  20. Avatar
    10 mai 2016 at 10 h 24 min —

    Quelqu’un a t’il remarqué les similitudes entre Decks Dark et Teardrop de Massive Attack ? Dans la voix de Thomy sur les refrains c’est manifeste selon moi.

    Sinon je trouve que Glass Eyes reprend par moment les motifs mélodiques de Motion Picture Soundtrack…

    Mes préférées perso sont Decks Dark & Present Tense pour le moment, mais ça va évoluer forcément… Un peu surpris de l’outro de Identikit, c’est très radioheadien de faire dissonant comme ça mais la je sais pas, je trouve ça dommage et je continue de préférer l’ancienne version pour le moment.

  21. Avatar
    10 mai 2016 at 10 h 28 min —

    Pour ma part ça serais
    – Daydreaming
    – Decks dark
    – Glass Eyes
    -the Numbers
    Talonné de peu par present tense
    Enfin elles sont toutes bien sauf que je n arrive pas trop avec desert Island Disk et tinker tailor.

  22. Avatar
    10 mai 2016 at 11 h 00 min —

    C’est bien la première fois de ma vie que j’aime absolument tout dans un album. D’habitude, j’en prends à droite et à gauche, parce qu’il y a toujours une ou deux chansons qui ne provoque rien chez moi, voire qui m’insupporte. Et là, bam !
    Daydreaming me met les émotions à fleur de peau.
    Decks dark est envoûtante, comme the numbers et Burn the witch.
    Ful stop et Identitik sont totalement différentes des versions proposées jusque là.
    The present tense aussi bien sûr, elle surprend tant c’est devenue une entité à part.
    Celle au titre imprononçable me fait m’imaginer Thom sur scène, et ça me fait un peu le même effet que lorsqu’il reprend Paperbag writer…
    Peut être que Desert Island… est la plus « banale »…

  23. Avatar
    10 mai 2016 at 11 h 27 min —

    Pour ma part, ça serait dans cet ordre:

    1) The Present Tense
    2) Decks Dark
    3) True Love Waits (que je préfère même à toutes les versions antérieures)
    4) The Numbers

    Je vois mal les 2 premières changer, mais rien n’est moins sur pour la 3 et la 4, Daydreaming et Identikit ne sont pas loin derrière.
    Sinon après une bonne dizaine d’écoutes, l’album assoit sa place dans mon top 3, aux côtés de Ok Computer et in Rainbows, à voir si il peut monter plus haut encore, je découvre des tas de subtilités à chaque écoute… Quel album !

  24. Avatar
    10 mai 2016 at 11 h 46 min —

    Pour moi le quattuor est :

    -Decks dark
    – ful stop
    -the Numbers
    – present tense

    Mais bon pour moi cet album est au niveau de okc et kid a !

  25. Joffrey
    10 mai 2016 at 11 h 48 min —

    Je me demande combien de groupe réussissent à pondre un album qui entre dans le top 3 des fans au bout du neuvième album 😀

    Je pense qu’il est aussi dans le miens, mais au côté de OK Computer et Hail To The Thief, qui reste pour moi une des oeuvres majeures du groupe (tout y est, les guitares, l’electro en soutenant un atmosphère unique et propre à l’album) C’est un peu ce qu’il manque pour moi dans ce dernier album, les chansons sont pas ordre alphabétique, ça prouve déjà que le groupe n’a pas forcément réfléchis à l’ordre des chansons (ou alors c’est conçu comme ça, et ça expliquerait le changement de nom de Silent Spring) mais c’est le seul petit truc qui cloche pour moi, parce que l’album est parfait.

    Par contre je ne sais pas si je pourrai autant l’écouter en boucle qu’un The Bends ou OKC ou HTTT 🙂

    • Avatar
      10 mai 2016 at 12 h 02 min —

      Peut-on imaginer qu’ils ont nommé les chansons après avoir choisi leur ordre.

      J’aimerais vraiment les entendre s’expliquer là dessus parce que ça me parait pas concevable de se dire qu’ils n’ont juste pas réfléchi à l’ordre.

      Puis je n’imaginerai pas Burn the witch ailleurs qu’en intro, avec son style assez différent du reste de l’album et True Love Waits est parfaite pour finir l’album.

  26. Yonbou II
    10 mai 2016 at 11 h 52 min —

    oh !?

  27. Yonbou II
    10 mai 2016 at 11 h 54 min —

    Burn the Witch
    Daydreaming / O frère astrale suspend ton vol
    Decks Dark
    Desert Island Disk
    Ful Stop / le Crux de l’album
    Glass Eyes
    Identikit / sauf le solo de guitare fatiguant a la toute fin …
    The Numbers / Connaissez vous l’histoire de Melody Nelson … et de ses cordes ?
    Present Tense / Bossa Nova ou pas y’a comme un air de Remix a la Caribou …Ca me gene
    Tinker Tailor Soldier Sailor Rich Man Poor Man Beggar Man Thief
    True Love Waits / Forever and ever

  28. Avatar
    10 mai 2016 at 11 h 54 min —

    Et la lumière fut.

    Ayant suivi de près toute l’agitation qui a précédé la sortie (merci à radiohead.fr au passage !), j’avais quelques craintes à la suite des premières écoutes de Daydreaming, sans doute un peu trop dans l’excitation du moment. Craintes balayées dès les écoutes suivantes. Une révélation. Il fallait juste être dans les bonnes conditions. Everything in its Right Place. D’ailleurs hier matin en l’écoutant dans le piétonnier de Bruxelles quasi désert et baigné par le soleil, pour peu je me serais cru dans la scène d’ouverture de Vanilla Sky.

    La suite est à la hauteur, voire mieux. Decks Dark et Present Tense sont imparables, Identikit, quoique déroutante quand on connait la version de 2012, est aussi un des moments forts (ce moment quand tout s’emballe au milieu de la chanson, juste génial).

    Ils sont décidément incroyables. Quelle fraîcheur dans ces mélodies, sans pour autant manquer de nous surprendre. Ou comment trouver la simplicité dans la complexité. Et ces cordes qui subliment le tout. Dès la première écoute, on prend son pied du début à la fin. Ou presque : j’ai encore un peu de mal avec True Love Waits (dont certaines notes ont un petit côté These Are My Twisted Words, je trouve), faudra s’habituer.

    A Moon Shaped Pool (pas facile à prononcer!), un très grand album qui met tout le monde d’accord et qui trouvera certainement sa place parmi leurs meilleurs.

    Et maintenant, place au live !! Samedi prochain risque d’être grandiose. Je trépigne déjà.

    • Avatar
      10 mai 2016 at 12 h 19 min —

      Surtout qu’ils ont pour habitude d’envoyer du très lourd à Amsterdam ! Souvent des set lists très sympas là-bas.
      Quand j’ai vu qu’ils ouvraient là-bas avec 2 dates, j’ai pas hésité, même si il y a le Zénith juste après 🙂

  29. Avatar
    10 mai 2016 at 12 h 02 min —

    C’est en essayant de trouver un top 4 que tu te rends encore plus compte de la qualité de l’album !

    Hormis Desert Island Disk eliminée direct voire Present Tense (superbe chanson mais j’accroche pas au style des arrangements), faut réfléchir !

    Je dirais Identikit, Ful Stop, Decks Dark, The Numbers, Burn The Witch pour le moment (j’arrive pas à en enlever une pour faire 4).
    Mais Glass Eyes et Daydreaming sont très proches derrière.

    C’est vrai qu’il peut faire top 3 cet album derrière Kid A et OK Computer. A la lutte avec Amnesiac pour moi, dans un style incomparable. Et devant HTTT et In Rainbows.

  30. Avatar
    10 mai 2016 at 12 h 06 min —

    C’est marrant de constater que beaucoup d’entre vous ont vraiment un top 3 d’album en tête, je me suis prêté à l’exercice plusieurs fois et à chaque fois mon classement changeait (seul constante, Amnesiac qui reste toujours mon préféré).
    Chaque album est tellement emprunt d’une ambiance particulière, qu’ils ont pour moi chacun leur contexte d’écoute et donc difficile de faire un classement !

    • Avatar
      10 mai 2016 at 12 h 16 min —

      Très juste, ça change beaucoup en fonction des contextes et de plein de choses. Je ne me vois pas mettre OK Computer ailleurs que dans mon top 3, mais je ne l’écoute plus par exemple.

      Alors que je me mettrais plus facilement In Rainbows en entier alors qu’il y a au moins Kid A, OKC, Amnesiac, maintenant le dernier voire HTTT que je trouve meilleurs.

      Rien ne vaut les live et les playlists maison pour moi.

  31. The thief
    10 mai 2016 at 12 h 52 min —

    Nigel a fait un travail fantastique sur cet album ; autant TKOL était étouffant, autant celui-ci respire. La musique occupe l’espace et les morceaux ont souvent une dimension cinématographique, Decks Dark, The Numbers, Tinker…sont en cinémascope (TKOL c’était du super 8, bon j’aime bien le super 8, mais…).
    La combinaison cordes, chœurs, electro, guitares est une réussite et certains moments sont sublimes.
    Et puis le chant de Thom se fait souvent grave et profond et çà j’aime particulièrement, ici il n’abuse pas de sa voix de fausset et c’est tant mieux.

  32. Avatar
    10 mai 2016 at 13 h 31 min —

    Il y a quand même deux chefs d’oeuvre absolu dans cet album, ful stop et identikit mais numbers, daydreaming, Decks Dark et Present tense les talonne de près, la vaporisaté atmosphérique de cet album est hallucinante, une note une seule et ça bascule, ça grouille, ça s’illumine et ce malgré la mélancolie, la difficulté d’être, de vivre, le groupe signe ici certainement une oeuvre pierre d’achoppement, une clef de voûte d’une vaste cathédrale sonique inégalé… Trop tôt pour le dire mais l’album côtoie les nuages et se hisse tout près de OkC et Kid A, aux côtés de The Bends qu’on a tendance à oublier souvent, juste au dessus de Httt et d’ Amnesiac, bien au dessus de TKOL et IR… un monstre étrange, envoûtant, surprenant, calme pourtant, mais précieux si précieux et si loin si loin au-dessus de la mêlée contemporaine…

  33. Avatar
    10 mai 2016 at 14 h 31 min —

    Bonjour à tous!
    Je consulte le site depuis de très nombreuses années mais je n’ai jamais participé, donc je me dis quand même… Pourquoi ne pas y aller! C’est un site tellement bien fait! C’est ici notamment que j’ai découvert le groupe Figures In Motion, j’ai d’ailleurs tellement apprécié leur travail que s’ils me lisent je les salue!
    Alors pour me situer, si je parle strictement RH (hors projets parallèles des membres du groupe), mes albums préférés sont le diptyque Kid A/Amnesiac, mais surtout TKOL que j’avais adoré. Eh oui… Quand on aime un instrument qui s’appelle la basse, comment ne pas aimer TKOL? Morning Mr Magpie est ma chanson préférée sur l’album. Et Give Up The Ghost n’est pas une chanson, c’est de la magie.
    Mais entrons dans le vif du sujet avec ce nouvel album. IR m’a toujours fait penser à un voyage en avion, TKOL m’a toujours plongé dans une forêt peuplée d’une multitude de petits êtres invisibles et bienveillants qui nous parlent, AMSP me fait penser à un vaste plateau de montagne, très ouvert, gorgé de soleil, avec un cours d’eau qui coule au milieu. D’ailleurs la pochette me fait penser à un lac de montagne illuminé par le soleil.
    Musicalement, AMSP est un album que je situerais davantage à mi-chemin entre HTTT et IR. A certains moments ça me rappelle des sonorités de HTTT, à d’autres des sonorités de IR. Donc pour moi ces 3 albums sont assez voisins, comme TKOL était assez voisin de Amnesiac, sans être pour autant identique.
    Excellente ouverture avec Burn The Witch, qui me rappelle beaucoup ‘Before Your Very Eyes’ sur Amok, surtout avec les premières notes de synthé du début qui m’ont immédiatement fait penser à du AfP. L’ouverture avec BYVE sur Amok avait été percutante, Burn The Witch l’est également ici, le dernier refrain et la folie des dernières secondes sont magiques!
    Daydreaming, ou comment nous faire chavirer avec juste quelques notes de piano dès les premières secondes. Cette longue chanson est magnifique, le clip est également très bien réalisé (merci Paul Thomas Anderson!)
    Vient ensuite l’enchainement Decks Dark/DID/Ful Stop. 3 morceaux aux athmosphères totalement différentes, mais qui à mon sens s’enchainent à merveille. Decks Dark est particlièrement appréciée de tout ce que j’ai lu, c’est effectivement un morceau assez exceptionnel. Sans doute l’une de mes préférée pour le moment. Il manque un petit quelque chose pour faire de DID ma préférée de l’album, je m’attendais à ce qu’elle décolle davantage, comme dans la version live jouée au Trianon qui m’avait véritablement conquis. Chaque album de Radiohead a son ovni, AMSP a Ful Stop. Celle-ci sonne très IR par exemple, je trouve. Atmosphère inquiétante et rythme endiablé, la recette secrète de Radiohead!
    Glass Eyes… petite soeur de Faust Arp sur IR? Une chanson qui remplit à merveille son rôle de transition dans l’album, et qui offre un peu de douceur pour faire digérer la folie de Ful Stop aussi!
    Identikit arrive ensuite, très belle version je trouve… Les choeurs sont magnifiques, ils ont voulu créer un contraste entre la douceur des choeurs et la nervosité de la guitare électrique en 2ème partie et c’est assez intéressant.
    Silent Spring, rebaptisée The Numbers, est une très bonne surprise. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle évolue de cette manière, et le résultat est extrêmement puissant. Ces cordes qui montent, qui montent, c’est un très beau moment!
    Present Tense… Que dire à propos de cette magnifique chanson? On pourrait adapter cette chanson de tellement de manières, tant la version guitare que jouait Thom quand il a fait démarré cette chanson il y a plusieurs années offre de possibilités. Ils ont choisi de l’adapter de cette manière. Pourquoi pas? Je préfère tout de même la première partie de la chanson, avant les cordes, et surtout le petit effet avec la voix triturée qui répète avec insistance certains morceaux de phrases.
    Tout se passait bien jusque là , et soudain bim badaboum SORTIE DE ROUTE! Tinker Sailor etc etc etc… Il est rare que j’enlève une chanson à un album de Radiohead, mais celle-ci je la garderai malheureusement pas. J’ai beau me forcer à l’écouter, j’accroche pas du tout, comme ça m’avait fait avec Scatterbrain sur HTTT que j’ai jamais appréciée.
    Enfin, True Love Waits, même topo que pour Present Tense : adaptée de cette manière, pourquoi pas? Mais si c’est une chouette version, comme chanson de conclusion ça ne vaut pas un Videotape sur IR ou un Separator sur TKOL… Mais chouette version quand même. En l’entendant l’image du plateau de montagne dont je parlais au début me revient sans cesse, un jour d’automne au moment où le soleil commence à décliner…

    Radiohead compte 5 membres, donc on va faire un ‘quintet’ de tête!
    Decks Dark, la chanson la plus réussie et qui reflète le mieux l’atmosphère globale de l’album ;
    The Numbers, la très bonne surprise ;
    Daydreaming, pour le clip et l’émotion ;
    Ful Stop, parce que j’aime les ovnis ;
    Desert Island Disk, même si elle aurait pû figurer beaucoup plus haut, elle n’en reste pas moins une très belle chanson.

    • Avatar
      12 mai 2016 at 4 h 51 min —

      je suis heureux de lire un défenseur de The King Of Limbs. Mine de rien, tapis dans l’ombre ou sous les feuilles mortes de la forêt qu’il suggère, cet album est devenu assez vite très cher à mon cœur (malgré tous les rejets qu’il a suscité). Une sorte de doudou musical où je me suis permis de rajouter en playlist les deux joyaux « The Daily Mail » et « Staircase », joués peu après au Live In The Basement… Et dont je n’ai jamais compris l’absence sur l’album. 

  34. Avatar
    10 mai 2016 at 15 h 50 min —

    Je suis le seul a adorer Tinker Tailor Soldier…?

    Sinon Daydreaming est pour moi le bijou de cet album, cette lente montée inquiétante, les coups de violons à la fin, c’est grandiose

    Pour l’instant j’ai 3 titres qui me laissent « indifférent »: Desert Island Disk, Glass Eyes et True Love Waits, mais bien entendu au fil des écoutes ça peut changer…

    J’apprivoise tout doucement Identitik (je n’aimais pas la version live mais cet arrangement me fait changer d’avis)

    Ful Stop m’a un peu déçu sur le coup car j’adorais la version live, mais je change d’avis tout doucement, elle me fait penser à Third de Portishead, je commence à l’aimer

    Burn The Witch quelle belle intro, Decks Dark, The Numbers et The Present Tense c’est du très très bon et sont rentrées dans le cerveau pour ne plus jamais en sortir

    • Avatar
      10 mai 2016 at 16 h 08 min —

      Adorer c’est peut être fort, mais j’aime beaucoup (et de plus en plus au fil des écoutes) TTSS.

      Glass Eyes joue un rôle d’interlude pour moi et a bien sa place entre Ful Stop et Identikit. Séparée de l’album, elle n’aurait pas trop d’intérêt, un peu comme Faust Arp sur IR.

      Mais en y repensant le pied ça aurait été une chanson instrumentale à la Treefingers ou Hunting Bears à ce moment de l’album 🙂

    • eloisedanslesetoiles
      10 mai 2016 at 16 h 45 min —

      Non tu n’es pas seul! c’est ma favorite sur l’album!

      Par contre The Present Tense est un massacre pour mes oreilles.Thom l’avait joué seul avec sa guitare à Anvers lors d’un concert d’Atoms For Peace, c’était à pleurer.
      https://www.youtube.com/watch?v=QXH5fSuGw2o
      La version de l’album, elle, ne me touche pas. Pas plus que True Love Waits.

      J’ai lu parmi tous les commentaires, l’évocation d’un album « liquide », Je rejoins tout à fait cette remarque, une sorte de légèreté comparable à celle d’une plongée au milieu des sirènes envoûtantes (les choeurs sans doute, les nouvelles sonorités).Et à d’autres moments, une sorte d’apnée effrayante, pesante.

  35. Avatar
    10 mai 2016 at 15 h 55 min —

    Bon, alors je suis vraiment désolé de doucher tout cet enthousiasme, mais à part votre appartenance à une fanbase, je ne vois pas ce qui vous pousse à aimer cet album (oui, je suis un peu amer)

    Quel ennui. C’est long, ça ne va nulle part, ça ne raconte rien. Pire que King of Limbs (c’est dire pour moi). Une écoute aura suffit, je jette l’éponge.

    Radiohead, ce sont pour moi des montagnes russes. Des frissons apocalyptiques. Une ligne de basse furieuse qui vient faire imploser une petite balade (Exit music), un album (presque) acoustique Haut et Sec et que je rejoue encore et encore à la guitare, des bootlegs, des heures passées à fouiller et à explorer (merci encore à celui qui avait fait les « Towering above the rest »…).

    Ce sont deux albums monolithiques (Kid A et Amnesiac) qui ont ouvert ma perception et ma culture musicale (des années d’écoutes de trucs tordus electros, minimalistes, allemands, souvent les trois ensemble, suite à ça), et un album qui vient en faire la synthèse, un putain de Hail to the Thief.

    Puis, plus rien. Un In Rainbows qui est une succession de titres déjà vus et entendus, soit chez eux, soit ailleurs tant l’originalité manque.

    Et là, le massacre de True Love Waits. Abattu à bout portant, purement et simplement.

    Ce qui m’excite encore dans ce groupe ? Jonny, et Thom, seuls. Ou Atom for Peace.

    The Eraser en boucle dans ma voiture, Idioteque hurlé dans mon salon, Big Ideas (encore une victime quand elle est devenue Nude). La ligne de basse de Flea sur des boites à rythmes tordues.

    Mais pitié, pitié, je voudrais revenir en arrière, quand la promesse d’un nouvel album me faisait frissonner autrement que de peur.

    (et, je me rends bien compte que seul face au monde, j’ai forcément tort. Tant pis pour moi.)

    • Avatar
      10 mai 2016 at 16 h 11 min —

      Justement il faut peut être lui laisser plus qu’une écoute?
      N’avais-tu pas envie de jeter l’éponge après la première écoute de Kid A, souvent déconcertante?

      Et je ne pense pas que notre appartenance à la fanbase fait que cet album plait quasi unanimement, la preuve avec la déception TKOL pour de nombreux fans, qui apprécie aujourd’hui AMSP. Mais bon je peux très bien comprendre qu’on puisse ne pas apprécier aussi 😉

      • Avatar
        10 mai 2016 at 16 h 14 min —

        Ah non, Kid A ça a été le coup de foudre immédiat, les poils dressés sur les bras, l’envie de toujours plus ! Un rush d’adrénaline pure.

        • Avatar
          10 mai 2016 at 16 h 29 min —

          Probablement parce que tu viens y chercher ce qu’il n’offre pas (des climax de violence électrique, des ruptures franches, des sons saillants…). Ici, il n’est presque question que de brume, de sons cotonneux, d’échos et d’énormes réverbs…bien sûr on peut ne pas y être sensible, mais si tu es sensible à tous les albums de radiohead que tu cites, il y a pas mal de chances qu’au bout de quelques écoutes tu apprécies vraiment ce qu’ils offrent (enfin vendent qd m hein :)) ici.

          • Avatar
            10 mai 2016 at 16 h 38 min

            C’est pas faux… Il y a un côté Robert Wyatt dans Sea Song j’ai trouvé. Mais en moins bien.

            Décidément…

            L’album manque de tensions… J’ai remarqué que vous parliez beaucoup de Melody Nelson. Voilà un album cotonneux, brumeux… et tout en tension, en bouleversements… Il suffit d’un piano frappé très brièvement pour enchanter un titre (L’Hôtel Particulier).

    • Annie
      10 mai 2016 at 16 h 16 min —

      Qui a tort, qui a raison, nul ne peut le dire. Tout est question de goût et de perception.
      Tout le monde attendait ce neuvième opus avec une impatience quasi palpable et personne ne s’attendait à ce résultat de 5 années de « silence ».
      Pour ma part je ne m’attendais pas du tout à cette ambiance atmosphérique, volatile poétique et violente à la fois et c’est ce qui me fait décoller à chaque écoute. Je reste malgré tout très attachée à KidA/Amnesiac ( je n’arrive pas à les disjoindre) qui sont et resteront à mon avis le virage essentiel dans la carrière de Radiohead. « A Moon Shaped Pool » en est le digne héritier.

      • Laurent
        12 mai 2016 at 9 h 47 min —

        Surtout que le risque d’avoir une bouse était (pour ma part) plus fort.

        Ce qui peut déranger c’est que la critique soit quasi unanime, alors que c’est un album, somme toute, assez difficile d’accès

    • Avatar
      10 mai 2016 at 16 h 24 min —

      Je comprends parfaitement que l’on puisse être indifférent à n’importe quel album, et heureusement d’ailleurs qu’on a pas tous les même coups de cœur, le monde de la musique serait tellement ennuyeux si c’était le cas.
      Par contre personnellement je ne peux jamais juger un oeuvre après une seule écoute, même mes albums préférés de tous les temps, comme Unkown Pleasures, Third ou Kid A il m’a fallu 2 ou 3 écoutes pour les apprivoiser et bien plus pour les aimer profondément.
      En tout cas tu as raison d’être franc et je trouve ridicules les fans sur la défensives incapables d’écouter et de comprendre la moindre critique négative, et malheureusement il y en a aussi chez les fans de RH, heureusement ce site n’est pas trop contaminé par ce genre d’individus qui croient que la musique est un tout uniforme

      • Avatar
        10 mai 2016 at 16 h 32 min —

        Ah ouais, Third, ça a été dur d’y rentrer, et j’ai bien failli passer à côté !

        Pareil, j’avais juré (comme beaucoup) que je ne m’y remettrais pas.

        Heureusement qu’il n’y avait que ça à écouter dans la bagnole d’un pote pour un (très) long voyage.

        Machine Gun !

        Et je retenterai plus tard le Radiohead, peut être, très motivé.

        Et puis ma critique négative est très réactive, je n’ai pas pris de note, j’ai juste laissé filer l’album. Et rien. Du coup, désolé si ça manque cruellement d’arguments…

        • Avatar
          10 mai 2016 at 18 h 39 min —

          C’est vrai qu’il faut souvent du temps pour les grandes oeuvres…c’est logique. Pour être vraiment grandes, elles doivent offrir quelque chose de vraiment nouveau, et où donc sans repères, on est mal à l’aise au début. C’est ce que j’ai ressenti pour Rock bottom, Spirit of Eden, Astral weeks, Tabula Rasa, Glassworks, The black and the sinner lady, The downroad spiral…De l’autre coté, j’ai pu rentrer directement dans des albums magistraux, kid a (:)), Ys (celui de joanna newsom), all delighted people…Plus encore quand il s’agit d’albums plus ouvertement pop (what’s going on, abbey road, marquee moon…). Difficile de dire ce qu’il en sera ici, même si je m’avancerai déjà à qualifier de chef-d’oeuvre un morceau (burn the witch). Pour le reste, je crois après quelques écoutes qu’il restera dans l’histoire de la pop comme un grand album, un album important de Radiohead, mais pas de ceux qui bouleversent la donne (soit parce qu’ils montrent une voix nouvelle (comme kid a pu l’être), soit parce qu’ils sont une synthèse quasi-définitive d’un style (comme ok computer a pu l’être).

          • Avatar
            11 mai 2016 at 9 h 21 min

            Ys ! voilà un album assez ressemblant à celui-ci, qui pourrait être chiant, et pourtant, quelle énergie, quelle magie ! Chaque chanson a ses coins et ses recoins à explorer, court et serpente, ce sont des ruisseaux de montagnes.

            J’ai réécouté le radiohead hier, et ça ne passe pas. Album supprimé.

    • senole
      10 mai 2016 at 20 h 50 min —

      Merci pour ce message, je me sens moins seul. J’ai hésité à m’inscrire sur ce site que je consulte depuis de nombreuses années (si ce n’est depuis le début quand j’y repense). Mais, devant la réception de ce disque ici (et ailleurs), je voulais participer à la contradiction.

      A l’écoute (répétée) de ce disque, je me suis ennuyé. C’est beau, c’est propre, c’est flatteur mais je me suis ennuyé.

      C’est la première fois où je ressens l’impression que le groupe (si l’on peut parler de groupe ici compte tenu du peu d’impression de rendu collectif) ne va pas plus loin, qu’ils se répètent, ou pire, qu’ils proposent un truc déjà entendu chez d’autres.

      Précision : j’ai un rapport assez peu conforme à la discographie de Radiohead. Je connais se groupe depuis les débuts. Pablo Honey et The Bends m’ont toujours laissé insensible. Je suis conscient de l’apport de OK Computer mais cela n’a jamais été un disque de chevet pour moi. Mes albums préférés de Radiohead (et qui figurent sur ma liste d’île déserte) sont Amnesiac et King of Limbs (je ne comprends vraiment pas les avis négatifs sur ce dernier), et j’aime beaucoup les travaux solo de Greenwood et Yorke.

    • eutow
      11 mai 2016 at 12 h 17 min —

      En bien ou en mal, la période que tu evoques (debut 2000) est terminée. Il n’y a pas de retour en arrière comme tu le souhaiterais. Les mecs ont 50 balais aujourd’hui. Je pense que tu ne peux pas t’attendre raisonnablement a ce qu’ils fassent la meme chose ou aussi bien qu’a cette epoque. Ils vieillissent et c logique que leur musique s’en ressente. Ils vont pas composer Idioteque aujourd’hui et je suis pas sur que ca les interesse. Tu vieillis tu te poses un peu plus,non? Ca veut pas nécessairement dire que leur musique doit devenir chiante. Meme si je me suis ennuyé comme pas possible sur TKOL. En tout cas tu peux peut etre le réécouter (ce que tu as certainement deja fait depuis) plutot que de tirer des conclusions si rapides ?

    • Laurent
      12 mai 2016 at 10 h 05 min —

      Je partage dans une certaine mesure ton propos.

      Ennuyeux et long, ça peut s’appréhender de la sorte, de la « mièvrerie » les complaintes de Thom Yorke prêtent à ça, mais là justement ce qui est remarquable, c’est que cela ne se perçoit pas sur ce disque, car il y a une multitude de détails et d’associations d’idées

      Et pourtant, ce disque raconte l’histoire d’un mec qui s’est fait largué et qui au final chiale et laisse l’autre dans son choix pour mieux digérer la rupture:

      Just lonely, longing.
      And true love waits,
      It haunted all our days,
      And true love wins,
      On lollipops and crips

      Et si tu recherches un frisson apocalyptique avec une ligne de basse furieuse qui vient faire imploser un album du coup, je ne saurais trop te recommander l’écoute à fort volume de « Ful Stop » qui est (et sera en live) du même acabit que TNA

    • Avatar
      13 mai 2016 at 14 h 30 min —

      J’ai globalement le même avis sur le cycle actuel : IR, TKOL et ce nouveau AMSP (I-T-A). 

      The Eraser constitue à mes yeux la consécration musicale de T. Yorke et qui rend difficile pour les nouvelles productions de RH de le dépasser en terme d’émotions qu’il me procure, et cela depuis bientôt 10 ans (déjà… je me fais vieux !). Il m’a éjecté en orbite à des années lumières d’ici, alore le retour sur Terre est depuis toujours compliqué quand j’écoute un nouveau album de RH, sauf peut-être TKOL qui présente des facettes très interessantes. 

      Cependant, je te conseille d’insister un peu sur l’écoute d’ASMP : suite à quelques écoutes, j’ai découvert des morceaux réellement formidables  : Decks Dark (me fout des frissons à en pleurer !), et Glass Eyes (arrangement des cordes fabuleux) notamment. Cet ablum n’est pas la rupture abyssale OkC/Kid A, ni l’évolution abrupte HTTT/IR. Mais plus un ablum de fin de cycle (avis tout personnel).

      Superbement produit, avec des arragements formidables, reprenant un peu les recettes pop de RH. Mais sans la rage sauvage ni la mélancolie ou la folie qui habitait les albums pré AMSP (le chemin était déjà pris par IR). C’est la sagesse liée à l’age mature soi-disant. Tout ceci a été remplacé par une tristesse calme, par un sentiment de découragement total (le clip de Daydreaming en est la meilleure réprésentation : Tom parcours un monde asservi et va se réfugier dans une grotte sur la montage tel l’inverse de Zarathoustra – le combat a été perdu). C’est certainement l’album le plus déprimant qu’ils aient produit. En tout cas, c’est ainsi que je le ressens. 

      Je vais donc me faire une playlist du triptyque I-T-A. Mais remarque, que je n’ai jamais eu à faire ce « tri » sur les albums précédents de RH (les jumeaux Kid A/Amnésiac ont été la claque directe en ce qui me concerne, ou HTTT qui a pu tourner en boucle sur tous les morceaux pendant des années).

  36. Avatar
    10 mai 2016 at 16 h 07 min —

    C’est une question d’avoir raison ou tord..c’est ton avis perso et je le respecte.
    Je suis complètement à l’opposé de toi par rapport à cette album qui pour moi est une œuvre majeure de la discographie de Radiohead..certes pour moi Ok computer et surtout Kid A font figure de rupture pour moi et ce n’est pas le cas ici..mais la beauté et la complexité de cet album est vraiment incroyable..j’ai vraiment de la peine pour toi de ne pas être parvenu à rentrer dans cet album…

    • Avatar
      10 mai 2016 at 16 h 26 min —

      Il ne faut pas confondre complexe et chiant…

      Bodysong est complexe (tout comme le film d’ailleurs, étonnant qu’il ne soit pas plus connu, pour le coup c’est une oeuvre qui mériterait d’être étudiée en parallèle des films de Chris Marker, pour ceux qui connaissent… Du cinéma vérité).

      Du Steve Reich (et je pense que cet album lorgnait vers ça), avec ses évolutions subtiles, est complexe aussi, et pourtant tellement simple et beau à l’oreille, tellement évident, ça a du sens. (Music for 18 musicians, par exemple)

      Là, c’est plat, à la composition comme au mixage, et c’est dommage. Quelque chose ne tourne plus quand ils sont en groupe (parce que, vraiment, j’adore ce qu’il se passe à côté – bon, pas Phil, faut pas déconner non plus).

      Trop de consensus entre eux ? Trop la volonté de quand même vouloir donner à chacun un petit bout de place ?

      Où est la batterie incroyable de Morning Bell, la basse de Exit Music, la boite à rythme et les samples d’Idioteque, la guitare apparemment simple de Knives Out ?

      Pyramid song ? You and whose army ? Leurs rythmes bizarres, leur texture râpeuse et soyeuse.

      Non, je ne vois plus la magie.

      J’appelle ça l’effet « Godspeed You ! Black Emperor », ou « Animal Collective ». Des gens qui ont été tant, si haut, si dingues. Et puis qui un jour, bêtement, n’ont plus rien à dire.

      • Avatar
        10 mai 2016 at 16 h 42 min —

        Je te trouve extrêmement sévère ! La basse à une place prépondérante dans cet album ! Sur certains morceaux la batterie est magique (ful stop)..

        • Avatar
          10 mai 2016 at 16 h 58 min —

          Je l’ai dit, je suis amer… Et forcément de parti pris, quand on écoute un groupe en boucle depuis… euh… très longtemps (p***** tant que ça ?) on y investi pas mal de soi.

          Bon, je suis pas non plus idiot, une bonne bouteille, l’envie de prendre sur moi et du temps d’écoute et je le referai surement.

          Mais bon, j’ai surtout un bon gros PJ qui tourne en ce moment, en alternance avec un Black Mountain (simple et efficace), et je crois que ça suffit à mon bonheur.

          • marjorie
            10 mai 2016 at 18 h 06 min

            Heureusement que l’album ne plait pas à tout le monde 🙂 Sinon, ça serait louche !

  37. Avatar
    10 mai 2016 at 16 h 27 min —

    « 9 albums, 100 chansons, 9 superbes pochettes »
    Le NME a publié cette magnifique photo qui superpose les unes sur les autres toutes les pochettes de disques de Radiohead.

    https://www.facebook.com/nmemagazine/photos/a.10150133745524167.329339.9577714166/10154838431999167/?type=3&theater

    Idéal pour en faire son fond d’écran de portable, non? 😀

  38. Avatar
    10 mai 2016 at 17 h 23 min —

    Phase 2 : Fiat Lux ! la révélation….

    je pense qu’au final ce que j’assimilais à un manque de ressenti d’émotions au début était en fait un trop plein d’émotions qui se masquaient entre elles… C’est un album tellement riche de nouveautés et de propositions à mes oreilles, que c’était trop d’un coup… Pourtant je pense être loin d’un newbies en la matière, depuis le temps et le nombre d’album!

    Et contrairement à ce que je peux lire de temps en temps ici ou dans des reviews de journaux ou de sites, je trouve que cet album est presqu’encore plus expérimental que n’importe lequels de la discographie. Et en même temps il y a une accessibilité évidente . Et j’aime ça. Et je suis pourtant loin de le trouver parfait. Il y a certaines choses que je trouve même parfois presque « grossières » ou comme le final d’Identikit qui me donnerait presque l’impression d’un bâclage. Il fallait finir la chanson. Après… je pense qu’ils ont livrés ici une version qui leur satisfaisait d’un bout à l’autre. Vu le niveau d’exigeance dont il semblerait qu’ils fassent preuve.

    Y’a comme un côté tableau de Picasso dans cet album nan ? Ou impression parfois qu’ils se sont remixés eux-même… Tous les élèments habituels sont là mais c’est un peu comme s’ils s’étaient presque forcés à tout désordonner et réarranger pour en faire émerger des choses nouvelles. Eparpiller, chambouler, refondre, revisiter, regénérer les petites touches qui font « leur » son. Mixage et arrangement presque volontairement différent, et parfois déroutant, par rapport à certaines (bonnes) habitudes qu’ils avaient prises avec Godrich. Pour se mettre en danger, pour à nouveau se sentir vivant ? Je ne sais pas. Je dirais plus par nécessité, voire vital. Et c’est pour ça que ça ne fait que confirmer leur place à part (qu’on aime ou pas leur musique je pense) leur singularité et la maitrise de leur musique, de leur capacité à déchiffrer des chemins sonores nouveaux il me semble. Surtout en restant populaire. Un petit tour de force quand même.

    Pour ceux qui regrettent un peu l’absence d’un ou de moreau(x) un peu plus punchy (effectivement même Full Stop ou Identikit ont été plus ou moins assagis par rapport aux différents live)… J’ai rapidement un peu partagé le sentiment mais au final je me demande si leur maturité et leur absolue liberté font qu’ils n’ont plus la nécessité « d’impressionner » par un morceau un peu « musclé » ou punchy, et du coup presque trop « facile », « évident » ? J’ai réfléchi à ça… c’est comme si à travers la relative lenteur qu’on peut attribuer à cet album, ils prenaient le temps, avec sérénité, de pointe et de mettre en lumière des émotions profondes qu’on peut avoir en soi, chacun à sa manière. Patiemment et confiant au fil des titres. Sans véhémence, calmement. Un prisme qui décompose la beauté et la distille par pointillisme, au ralenti. Un truc du genre. Y’a un côté éclairé et bienveillant, omniscient. Bouddhiste…. ?!

    Pour un peu poursuivre aussi sur un non retour aux sons électriques d’un Ok Computer ou d’un The Bends, que certains peuvent déplorer. Oui le son change, évolue. C’est évidemment une partie de leur identité. Je crois qu’il y a une telle maitrise à chaque sortie d’album et de volonté d’aller vers des choses différentes. Ils explorent pendant leurs longues années de retraite, à l’ombre, une voie, une nouvelle direction et ils nous les proposent quand ils en ont exhaustivement extrait toute la quintessence. Et ils ne repassent que rarement par les mêmes cases. C’est généreux tout de même ! Et j’aime l’idée de les laisser me prendre par la main et m’emmener avec eux. Ecouter plusieurs fois pour comprendre les nouveaux codes afin de rentrer dans leur nouvelle proposition. Et puis j’ai justement l’impression qu’ils sont de plus en plus eux-mêmes, libre de l’être, loin de toutes pressions d’avoir à prouver quoique ce soit, à qui que ce soit. Et puis quoi… Ils n’ont plus 25 ans ! Ils changent, leur approche de la vie change, et leur musique aussi du coup avec eux. Ils ont exploré pas mal de voies et à chaque fois en ont sorti des choses singulières, unique (pas dans le sens exceptionnel mais à l’intérieur de leur discographie). Du coup je me dis pour moi si j’ai besoin d’écouter tel ou tel type de sonorités bah je vise les morceaux qui y correspondent ! Au final ils auront peut-être réussi à exhaustivement explorer toutes les facettes de la musique. C’est ptêt inconsciemment ce qui les anime. Alors oui parfois il y a ptêt des petits ratés ou des maladresses, des choses moins précises…

    Je ne sais pas peut-être qu’un jour je ne ressentirais plus rien en les écoutant.

    Pour expliquer aux gens, autour de moi, mon rapport avec leur musique, leur son, et faisant moi-même de la musique, j’ai pris pour habitude, et pour essayer d’être synthétique, de dire simplement que si je devais exister musicalement je serais leur musique. Elle correspond de manière irrationnelle à différents états de moi. Et ça n’a bizarrement pas commencé avec Ok Computer, qu’à l’époque j’écoutais comme les premiers albums: d’une oreille, un peu loin. J’en appréciais les qualités évidemment mais je n’étais pas particulièrement touché.

    Et puis il y eu KidA. Qui est sorti à un moment particulier pour moi. Évidemment il y est associé à jamais mais la faille à l’intérieur de moi dans laquelle il s’est engouffré… c’est comme si il y avait pris racines et avait modifié mon code génétique. Je ne n’aime pas l’appellation « fan » de Radiohead. J’ai été fan à un moment d’autre chose (plus jeune, d’une série….!), donc je pense savoir ce que « fan » veut dire. Je ne collectionne rien, je n’ai pas de T-Shirt ou de posters ou de photos. Un ou deux magazines, et encore c’est parce qu’ils contiennent des éléments (de technique son ou musique) qui permettaient de me faire un peu comprendre pourquoi justement cette musique, cette manière de faire de la musique me touche tant. Par contre je suis obsédé par la volonté de comprendre pourquoi effectivement elle me touche. Ça reste un mystère.

    • Avatar
      10 mai 2016 at 17 h 29 min —

      (NDLR: désolé pour les fautes qu’il peut y avoir. Au taf… relecture vite faite, et a priori mal faite !)

    • Joffrey
      10 mai 2016 at 17 h 52 min —

      « Et puis il y eu KidA. Qui est sorti à un moment particulier pour moi. Évidemment il y est associé à jamais mais la faille à l’intérieur de moi dans laquelle il s’est engouffré… c’est comme si il y avait pris racines et avait modifié mon code génétique. »

      Cette phrase, si j’avais réussi à mettre des mots sur ce que je pense de leur musique, ce serait la même.

      Très beau commentaire 🙂

      (Ils m’ont reboosté pour bien remettre à donf à faire de la musique (tout seul c’pas facile) mais l’album m’a totalement rendu la volonté d’essayer. ))

    • Avatar
      10 mai 2016 at 18 h 16 min —

      J’ajouterai au final qu’il est impossible pour ma part de faire un « classement » de préférence par exemple de leurs albums ou de leurs morceaux.

      Sans juger l’intérêt de le faire (je lui préfère quand même celui de l’album unique sur une île déserte…beaucoup plus pertinent en terme de choix!), chaque album est effectivement dans l’ensemble plus singulier que le contraire (des redites peuvent néanmoins s’y glisser mais selon moi c’est anecdotique) et dans la continuité de leur recherche inconsciente (ou consciente, je ne sais pas finalement) d’une certaine exhaustivité de leur musique, je reçois comme un puzzle géant. Alors comment classer si je n’ai pas toutes les pièces ! Et encore pour être tout à fait honnête, dans ma façon de prendre ce qu’ils me donnent, toutes les pièces sont liées et interdépendantes l’une de l’autre. Le puzzle n’est pas fini du coup! C’est ça que j’aime aussi…

    • Avatar
      10 mai 2016 at 22 h 31 min —

      Magnifique commentaire oui. La même interrogation m’anime, la conjonction de nombreux éléments, certains d’ordre circonstanciels, d’autres sans doute plus essentiels…

      Et tout à fait d’accord sur l’aspect cubiste de l’album. Et si le champ d’expérimentation sur ce LP9 s’était retrouvé du côté du mixage ?

  39. Avatar
    10 mai 2016 at 19 h 03 min —

    Si jamais il pourrait amener l’orchestre en concert ou des violoniste
    En parlant de violoniste ca me rappelle il y a 1 an une violoniste renommé du Quebec disait a tout le monde ) en parle (version Quebecoise) quel aimerais bien travailler avec Jonny Greenwood. Voici un article du journal de montreal qui en parlait également datant du 26 octobre 2015.

    http://www.journaldequebec.com/2015/10/26/angele-dubeau-encore-remuee-par-iblanc-i

    Angèle Dubeau est une femme occupée. Son agenda est bien rempli avec des concerts, la préparation d’un 40e album et un éventuel projet de collaboration Jonny Greenwood, guitariste de Radiohead.

    La violoniste préfère, pour le moment, ne pas trop divulguer de détails entourant ce projet. Radiohead vient de terminer l’enregistrement d’un nouvel album et se retrouvera sur la route en 2016.

    Angèle Dubeau a déjà interprété sur scène des extraits de la trame sonore de There Will Be Blood, écrite par Jonny Greenwood.

    Alors je me demande si elle va pas se retrouver sur scene avec radiohead on verra bien 🙂

  40. Avatar
    10 mai 2016 at 19 h 06 min —

    Ça y est, première écoute en cours. C’est en fond sonore pendant que j’écris :-).

    Je ne peux pas donner d’avis pour le moment donc.

    Mais à lire les commentaires depuis quelques jours, j’ai aussi voulu ajouter mon grain de sel.
    D’abord pour remettre In Rainbows à la place qui me convient, c’est à dire la première :-p (je l’emmènerais sur l’île celui la).
    Ouais, rien à foutre que quelqu’un ait déjà fait le même genre (sérieux, quelle importance ?). C’est vrai, j’apprécie qu’un groupe ou un artiste se renouvelle à chaque album. C’est une des raisons pour lesquelles je continue d’écouter Beck. Mais je m’en fou que quelqu’un d’autre ait fait un album du même genre. Il ne l’aura de toute façon pas fait comme Radiohead. Du moment que ça fait bander, le reste c’est de la masturbation pour moi.

    Les morceaux qui m’ont le plus hérissé le poil en concert sont ceux d’In Rainbows (surtout weird fishes, videotape et Nude). Du coup voila, j’y peux rien, c’est celui qui me correspond le plus

    Enfin voila, c’est amusant de voir que chacun a ses préférences. J’en connait certains qui on arrêté après Ok Computer, parce que pour eux Kid A c’est chiant, TY ne fait qu’y geindre. D’autres trouvent qu’avant Kid A c’est de la soupe. Je fais parti de cuex qui aiment tout (sauf faust arp, au milieu de In Rainbows ça fait désordre pour moi :-)).

    J’en suis à Decks Dark. J’adore ce que j’entends pour le moment, ça promets 🙂

  41. Avatar
    10 mai 2016 at 19 h 10 min —

    Au passage, j’espère que je ne vexe personne. C’est compliqué de faire passer un ressenti dans un texte. En tout cas merci à tous pour les derniers jours. Très excitant de vivre l’arrivée de ce nouvel album en vous lisant.

  42. Avatar
    10 mai 2016 at 22 h 44 min —

    Je n’ai pas résisté à lire tous les commentaires sous le post de l’annonce de la sortie de l’album. C’est décidément très instructif. Tant de passion, tant de goûts et de couleurs différents dans cette communauté.
    Que vous êtes courageux (ou peut-être un peu fous) de tenter des classements (top 3, top 5) des chansons de AMSP (déjà ?) ou des albums de Radiohead. Je trouve plus intéressant de dire par exemple que OKC est un album de synthèse, que Kid A est un album de rupture, que AMSP est un album liquide (sans doute Daydreaming y contribue beaucoup, une des chansons les plus personnelles de TY, un peu comme How to Disappear à une autre époque), sans doute d’ailleurs aussi un album de synthèse de la période post KidA. Je trouve amusant de franchise de lire quelqu’un dire que OKC est peut-être son album préféré mais qu’il ne l’écoute plus. Je trouve aussi très franc que quelqu’un dise qu’il n’analyse que les 9 chansons publiées dimanche car il a trop écouté les 2 premières ! Tout est affaire de contradiction dans nos subjectivités respectives -moi, je n’aime pas Skatterbrain etc -. En tout cas, c’est ce qui fait que les posts publiés dans les heures qui suivent la sortie sont parfois si sincères. Moi j’ai pleuré en écoutant la version AMSP de Ful Stop (suis-je le seul à la comparer à The National Anthem ? Ful Stop est le TNA de AMSP, progressif, menaçant, entraînant, donnant l’envie de danser frénétiquement comme un TY sur Idioteque). J’ai eu des frissons en écoutant Decks Dark. Je fais partie de ceux qui ont adoré TKOL, en tout cas les 5, voire 6 premiers titres qui sont impeccables (je n’aime pas trop les dernières). Autre perception subjective : je ne suis pas du tout d’accord avec la comparaison Glass Eyes / Faust Harp. Parce qu’elles sont courtes ? Faust Harp est peut-être le moment le plus faible de IR tandis que Glass Eyes est pour moi beaucoup plus qu’un interlude !
    Si je ne me trompe pas, Burn The Witch (digne des plus grandes ouvertures d’album) et Decks Dark (quelle complexité, quel condensé de sonorités de toutes sortes au service d’une cohérence au départ pas évidente) font l’unanimité ou presque. Daydreaming et The Present Tense sont presqu’autant appréciées. Ful Stop et Identikit (moi j’aime bien le délire guitare de Johnny, ça rappele le bon vieux temps non ?) sont des sommets dont les connaisseurs des versions live commencent à apprivoiser la version AMSP. Glass Eyes et The Numbers sont plutôt très appréciées. Desert Island Disk a majoritairement décue. Enfin, Tinker Tailor et True Love Waits divisent. Tinker Tailor divise parce que le début est moyen et la fin très bien, non ? Tandis que True Love Waits, ah True Love Waits, elle divise parce que pour certains elle était intouchable. Pour moi, c’est le même syndrome que pour Videotape. J’avais préféré la version From The Basement à la version IR mais je ne sais pas l’expliquer. Pour AMSP, je ne sais pas encore. Piano lent contre guitare et complainte, il faut laisser le temps au temps…

  43. Avatar
    11 mai 2016 at 2 h 16 min —

    Petite aparté :

    A votre avis pour ceux qui iront au concert à Paris le Lundi ou le Mardi, que préférer vous :
    Attendre de découvrir le jour J la présence ou non de cordes, et de savoir à l’avance une potentielle playlist ?

    Moi perso je crois que je vais me couper du fansite le temps des concerts d’Amsterdam pour voir de moi même ce qu’ils nous offrent lundi et avoir la surprise totale :p

    En tout cas j’ai vraiment hâte d’écouter tout ça en live ! J’adore cette album 🙂

    • Avatar
      11 mai 2016 at 9 h 32 min —

      Je pense que je regarderai avant, en espérant qu’il y au moins un quatuor pr les accompagner. Ca m’étonnerait du reste qu’il n’y en ai pas. L’apport est totalement essentiel sur l’album. Bien sûr ils peuvent aussi proposer des versions très différentes en live, ils sont habitués mais moi je veux le meilleur des 2 mondes, le quatuor + des versions rhabillés plus énervées pour le live.

    • nicomaurice
      11 mai 2016 at 12 h 57 min —

      je crois que perso je vais craquer pour aller voir vite fait à quoi ressemble la tournée (scène, setlist, présence ou non d’un orchestre…) ceci dit je ne regarderais pas toutes les videos sur youtube histoire de garder de la surprise de plus qu’il n’y a que deux dates avant les concerts à Paris. J’espère aussi avoir un meilleur son que le concert d’Atom for Peace en 2013.
      Sinon j’ai acheté mes places via WASTE et toujours rien comment ça se passe exactement? on reçoit quelque chose ou bien on va direct à la billeterie le soir du concert avec le papier qu’on a imprimé à l’achat?
      aidez moi je commence a stresser!!

      • Avatar
        11 mai 2016 at 17 h 11 min —

        Alors oui c’est à retirer sur site en principe pour le Zenith. En fait sur la confirmation que tu as reçu par email tout en bas ça doit être marqué : Delivery (Will Call)
        PLEASE TAKE ORDER CONFIRMATION E-MAIL AND ID TO THE VENUE

        Donc il faut imprimer cette confirmation et aller à la caisse pour retirer le billet. Il semblerait que ce ne soit pas ouvert avant l’ouverture des portes mais perso j’espère que l’on pourra retirer les billets plus tôt…

  44. The_Boney_King
    11 mai 2016 at 9 h 46 min —

    Perso, je n’ai acheté aucune place pour le moment, alors j’espère que vous laisserez des commentaires pour un feedback d’Amsterdam !!! Vous ne me croirez peut-être pas, mais je n’ai jamais vu RH en concert. J’ai du mal avec cette approche, cette musique est trop personnelle, trop intimiste. Mais il faut que je saute le pas, peut-être en Allemagne en septembre…

    Voila, j’ai pris mon temps pour digérer un peu l’album (pas encore totalement a vrai dire), mais j’ai déjà une bonne vue de ce que j’aime et de ce que je n’aime pas. Pour être sincère, je n’ai pas laissé de commentaire depuis la sortie de l’album car j’étais très déçu et fâché par ce LP9. Je voyais défiler les commentaires dithyrambiques et j’avoue que je me sentais un peu seul avec mon impression. Comme a chaque fois, je m’attendais a quelque-chose que RH ne m’a pas apporté. C’est incroyable comme RH réussit a chaque album ce tour de force de me faire passer de ce stade de déception a l’envie de réécouter les morceaux. Résultat, aujourd’hui j’aime écouter la majorité des titres (sauf True Love Waits qui a mon sens n’apporte rien de nouveau et que je n’écoute plus). Je ne dirai pas que j’ai des frissons comme en écoutant There There ou Where I End and You Begin (oui, mon préféré est sans doute HTTT), mais les titres me donnent clairement du plaisir. La particularité est sans doute un bien meilleur rendu au casque cette fois-ci, signe certainement d’une grande richesse sonore. J’aurai adoré cependant des constructions plus complexes, avec plus de modulations, des ponts multiples et des faux départs. Conclusion, heureux bien sur d’avoir du nouveau RH dans les oreilles et surpris du résultat. J’espère que le prochain ne sera pas dans 5 ans…

  45. Avatar
    11 mai 2016 at 10 h 17 min —

    En fait, Glass Eyes me fait plus penser à Go Slowly qu’à Faust Harp. Et le passage qui est plus dit que chanté me rappelle presque du Nick Cave. Pour moi c’est un beau titre de la veine de I Will.

  46. Avatar
    11 mai 2016 at 11 h 13 min —

    J’ai enfin trouvé comment résumer mon approche de cet album, ce qui me met à distance… Et bizarrement, c’est ça :

     » i’m a real believer that bands as they become more successful often lose the ability to do straight ahead stuff well…… the need to embellish tracks with melodies and sounds becomes imperative. and often in doing so the song loses its essence especially if it was written on acoustic guitar.  »

    Ed O’Brien, le 20 mars 2000.

    • Avatar
      11 mai 2016 at 12 h 26 min —

      Hmmm, impressionnant que Ed ait dit ça il y a 16 ans. Je comprends ce que tu ressens. Cela s’applique sans doute moins à Burn The Witch et Daydreaming qu’aux autres. Il doit cependant y avoir une différence entre embellissement artificiel (que vise Ed) et enrichissement. Dans la mesure où beaucoup de titres ont déjà connu une version acoustique (The Present Tense, The Numbers etc.), ce n’est pas que Radiohead n’en est plus capable mais qu’ils aiment travailler différemment les morceaux, les interpréter et les réinterpréter. Mais je comprends. You pinned down your feeling.

    • Annie
      11 mai 2016 at 13 h 05 min —

      2000 l’année de sortie de KidA, le virage musical du groupe. Les mécanismes de création en ont été bousculés . Exit les lignes de guitares « conventionelles » … Il fallait une bonne dose de culot pour le faire … entre autre .

  47. Avatar
    11 mai 2016 at 17 h 38 min —

    Holly Hernon les accompagnera à Paris et Amsterdam, Lyon et London !

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.