news

Longue, longue interview de Thom Yorke dans Crack: it’s coming!

Le magazine en ligne Crack a publié une longue interview de Thom Yorke avec de nombreuses photos du Gourou lui-même en icône de la mode (il s’est changé combien de fois pour le photo call? un vrai défilé Undercover!)…et avec un avant-goût de l’album solo à venir qu’apparemment le journaliste avait entendu au moins en partie. Ce sera un album habité par ses angoisses, la peur de la page blanche et celle du collapsus final, donc plus politique, plus noir…bref on va le retrouver à l’unisson de nos crises, là où il nous accompagne depuis des années (ou bien c’est nous qui…). En prime, les 5 se sont replongés dans les coulisses de Kid A dont ce sera le vingtième anniversaire l’année prochaine et il nous promet un objet spécial. Il a des tonnes d’archives en folie!

https://crackmagazine.net/article/long-reads/thom-yorke-daydream-nation/

 

Edit du 22/05/2019 : Voici une proposition de traduction intégrale de l’article

 

A la galerie et au domaine Barbican, l’une des constructions de béton les plus emblématiques de Londres, Thom Yorke est d’humeur réfléchie.
« Scott Walker nous a invités à jouer une fois pour son Meltdown », nous dit-il. C’est un moment poignant. Agé de 76 ans, le chanteur et auteur d’avant-garde est décédé en mars dernier, laissant un vide dans la musique expérimentale.

Avec une ballade sombre qui expose la fragilité de l’expérience humaine, Walker et Yorke ont ouvert de nouveaux mondes. Les similitudes ne sont pas passées inaperçues. Yorke a un jour décrit en plaisantant Creep comme la  » chanson de Scott Walker  » du groupe après avoir été initialement rejetée par des producteurs qui pensaient à tort que c’était une reprise de Scott Walker.
En 2006, Walker aurait dit : « Radiohead est fabuleux. Si je pouvais revenir en arrière et faire partie d’un groupe, c’est le genre de groupe dans lequel j’aurais aimé être. »

A la mort de Walker, Yorke tweeta, « il a eu une influence énorme sur Radiohead et moi-même, me montrant comment je pouvais utiliser ma voix et mes mots ».
Si une partie de l’héritage durable de Walker devait avoir un impact sur l’utilisation de la voix de Thom Yorke, nous arrivons à un moment pertinent. Sur un prochain album solo, dont les détails sont gardés pour l’instant confidentiels, Thom Yorke raconte des histoires angoissantes de claustrophobie contemporaine à travers des couches de fuzz électronique et de bruit déconstruit, sa voix sous de nombreuses formes occupant le devant de la scène.

Avec ses thèmes de pression urbaine, une réflexion sur le record des tours de 400 pieds de haut du Barbican semble aujourd’hui tout à fait appropriée. « C’est très J.G. Ballard », admet Yorke. (Dans le roman de Ballard de 1975, High Rise, une tour apocalyptique rend ses habitants fous.) Comme pour la plupart des créations de Yorke, le disque suit une ligne d’instabilité relative.
Alors qu’il parle d’une période de « blocage d’écriture épouvantable » et de « crises d’angoisse incroyables » au cours des deux dernières années, ce nouveau projet est très « yorkien » – vivre les aspects les plus sombres de la condition humaine et tenir un flambeau à la hauteur de l’humeur ambiante du moment.

Malgré les obstacles existentiels, Yorke est resté remarquablement concentré au cours des 18 derniers mois.
Suspiria, sa première musique de film, a amené son son en territoire inconnu pour le remake 2018 du film d’horreur culte italien de Luca Guadagnino. Avec son spectacle Tomorrow’s Modern Boxes, il a continué à cimenter son identité d’interprète solo, en se mettant au centre de la scène. Dix jours avant notre rencontre, il a interprété des compositions classiques avec ses sœurs et les pianistes acclamées Katia et Marielle Labèque dans le groupe Minimalist Dream House lors d’un concert à guichets fermés au Barbican.

Aujourd’hui, son ton est feutré et il semble détendu. Dans notre environnement paisible, entouré d’une architecture rustre, le feuillage vert de la véranda en gradins offre une beauté parmi les ténèbres. A mi-chemin de notre entretien, sa fille frappe à la fenêtre. Yorke lui jette un regard et lui lance un petit signe. Malgré l’intensité du sujet, il y a toujours un côté joueur dans notre conversation, ce qui se reflète tout au long de son travail.

Existant dans un monde où la contrainte est considérée comme un défi, Yorke a passé les 30 dernières années à tester les idées préconçues de ce que l’on attend de lui, en faisant des erreurs en cours de route. Dans une rare interview, Yorke partage ses rêves, sa réalité et les visions dystopiques derrière son nouvel album.

 

Tu viens  de terminer un nouvel album solo, d’interpréter ton premier morceau classique et de composer une bande son pour un film. Comment explique-tu ce riche élan créatif dans lequel tu sembles être en ce moment ?

Wow. Eh bien, je pense que je verrais les choses différemment, parce que les choses se sont ralenties pendant un certain temps et je suis heureux de pouvoir travailler à nouveau et de revenir aux affaires. J’ai passé beaucoup de temps dans mon sous-sol, en studio pendant deux ans, et soudain, tout ce qui se passait là-dedans commençait à sortir.

 

On dirait que tu as coché beaucoup de cases sur ta check-list au cours des 12 derniers mois.

Ce n’était vraiment pas censé arriver. Le truc avec Katia et Marielle Labèque, la pièce pour piano, pour moi, c’était une blague au départ. Ils me demandaient :  » Tu devrais nous écrire de la musique pour piano « , et je me suis dit :  » Hah hah hah, je ne sais pas lire la musique. Puis j’ai compris que ce n’était pas une condition préalable.

Quand soudain je me suis retrouvé à dire oui à une partition de film et à écrire de la musique pour piano, je me suis rendu compte que ce n’était pas si différent de la façon dont j’avais appris à utiliser un ordinateur.
C’était un sentiment très bizarre de construire quelque chose sur l’ordinateur et de le remettre à ces deux musiciens incroyables. Le travail était basé sur quelques idées d’utilisation de boucles et d’arpèges, un état d’esprit très électronique, et tout à coup ils le jouent comme une pièce de Schumann ou de Ravel !

Y avait-il le même sentiment avec ce que tu as réalisé sur Suspiria ?

C’était un processus insensé. J’étais tellement hors de ma zone de confort. J’ai aimé le fait que cela m’ai donné une série de choses à faire, comme écrire pour un quatuor à cordes et écrire pour un chœur. Des choses que je n’aurais jamais imaginées. Parfois, je ne me reconnais même pas dans la musique que j’ai faite, ce qui est toujours ce que je recherche

Ressens-tu un sentiment de liberté artistique en travaillant dans ces domaines ?

Tu dois aborder les choses avec l’esprit d’un débutant. Une fois que vous avez appris à utiliser une boîte à rythmes, ou appris à écrire d’une manière particulière, la tentation est d’y retourner, car vous savez que ça marche. Mais le fait est que si tu as découvert que ça marche, ça ne marche plus. Regarde Aphex Twin. Il fait des choses semblables aux miennes, mais il utilise des machines. Une fois qu’il est passé par une phase de retour à un vieux séquenceur, il en a fini avec ça, il est passé à autre chose.

Cet album s’apparente à la suite logique de ton exploration électronique au cours des 20 dernières années.

C’est certainement vrai et important. Nous avons regardé Flying Lotus lorsqu’il faisait nos premières parties il y a quelques temps, et nous l’avons regardé sa mise en scène, en train de jouer toutes ses boucles et nous nous sommes dit :  » Eh bien, c’est intéressant, parce que c’est une performance live, il improvise « . On s’est soudain rendu compte que c’était une nouvelle façon d’écrire des trucs. J’envoyais à Nigel [Godrich] des morceaux complètement inachevés, tentaculaires, et il se concentrait sur les morceaux qu’il pensait pouvoir faire fonctionner, il accumulait les samples et les boucles, puis me les renvoyait pour que je commence à écrire des voix.

Ces compositions t’ont-elles paru aussi audacieuses que tout ce que tu as essayé avec Radiohead ?

Au début, c’était terrifiant. Je me cachais derrière les platines, faisant semblant d’être DJ, mais ce n’est pas comme ça parce que je chante et parfois je joue de la guitare. Il y a eu un moment d’euphorie lors d’un spectacle que nous avons fait à Paris où il y avait une scène devant moi et je me suis dit :  » Oh merde, et j’ai fini par utiliser la scène pour danser ».

Quand il n’y a pas de groupe qui joue, on s’y prend différement. Tu commences par te sentir très exposé. Alors tu dois trouver un nouveau moyen d’occuper l’espace. Le pire sur scène, c’est de se sentir mal à l’aise. C’est là que tout est devenu un peu bizarre parce que tout d’un coup, c’était un peu plus comme le théâtre…Ou l’art de la performance.

Ce que ma compagne m’a appris en tant qu’actrice de théâtre, c’est qu’elle ne peut pas faire ce qu’elle fait si elle n’est pas complètement dans le moment présent. C’est si évident quand tu n’y es pas. Mais je dois aussi penser aux repères de la machine. Je dois retourner au bureau, allumer les modules, changer le tempo de cette mélodie, changer les boucles vocales, m’assurer de changer le patch pour le prochain son de synthé, pendant que je fais tout ça.

 

Il y a un tel contraste entre tes mouvements et les sujets intenses sur lesquels tu chantes. On dirait que tu danses et que tu te délectes de la morosité des chansons.

J’aime vraiment ça. C’est le moment où je me dis : « OK, je ne pense pas que quelqu’un d’autre oserait faire ça maintenant. Ce que j’ai toujours aimé quand je regardais John Lydon, c’est la façon dont il se délectait dans ces moments où on se disait : « Putain. Toi et moi savons de quoi je parle. Dans la musique, il y a quelque chose de vraiment, vraiment sombre, alors je ne vais pas rester ici et être vraiment sombre, je vais bouger.

Une ambiance existentielle semble prévaloir sur ce disque ?

C’est un peu dystopique, ce disque. As-tu déjà pris l’avion pour Tokyo ? Ce décalage horaire est l’illustration d’une crise existentielle, à chaque fois. Il y a eu une nuit où je m’étais endormi, et deux heures plus tard, j’étais tout à fait réveillé et j’ai eu ces images… les humains et les rats ont changé de place. Un rêve. Et en sortant, je me suis réveillé avec cette série d’images très fortes de filles en talons hauts, mais ce sont en fait des rats et les êtres humains sont dans les égouts.
J’en avais une autre, ces images bizarres de la ville de Londres et de tous les gratte-ciel qui traînent les pieds.

La dystopie en est une partie, oui, mais pour moi, l’une des grandes choses qui domine sur ce disque c’est le sentiment d’anxiété.
Si vous souffrez d’anxiété, elle se manifeste de façon imprévisible, certaines personnes ont des réactions trop émotives. Pour certaines personnes, les racines de la réalité peuvent être arrachées, on ne sait pas ce qui se passe. Puis la réalité finit par revenir. Pour une raison quelconque, j’ai pensé qu’une très bonne façon d’exprimer l’anxiété de façon créative était dans un environnement dystopique. J’avais tellement de choses visuelles à ce moment là.
Un autre était où tout le monde se rendait au travail, mais leur corps leur disait qu’ils ne le feraient plus. Ils refusaient de coopérer, alors ils faisaient ces mouvements involontaires.

Puisque nous avons abordé l’anxiété, passons à des questions plus vastes.

Oh super.

Comment as-tu concilié ta vie d’artiste, ton besoin de concilier ton mode vie en faisant des tournées et en gagnant de l’argent, tout en menant une vie durable (i.e respectueuse des questions environnementales)?

Ça ne me plaît pas du tout. Je ne suis pas un voleur ! J’étais vraiment, vraiment contrarié il y a quelques années. Si vous ne faites que quelques spectacles, alors les gens viennent en avion. Ce qui est bien pire. Mais le plus important pour moi, c’est que nous avons passé 16 à 20 ans à nous pointer du doigt l’un vers l’autre. Ces gros titres interminables du genre : « Oui, mais que pouvez-vous faire ? Changez vos ampoules. Bla bla bla bla bla. Pendant ce temps, le gouvernement autorise les licences de fracturation [pour extraire davantage de pétrole].

Par exemple, voyager en Europe. Si vous me donniez la chance de voyager en train en Europe, d’une manière confortable et dans un délai raisonnable, je le ferais.
Notre système de transport n’est pas conçu pour cela ; il encourage le vol aérien. Nous subventionnons le carburant d’aviation et c’est la seule raison pour laquelle il est bon marché pour voler. Chaque gouvernement subventionne massivement le coût du carburant pour les avions. Et puis ils vous disent de ne pas voler ! Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres de la façon dont, sans l’appui du gouvernement, nous ne pouvons pas changer notre façon de fonctionner, et ce n’est pas seulement ici. C’est tout le monde.

 

As-tu l’impression que nous nous dirigeons vers une sorte de société dystopique et as-tu l’impression que cela se reflète sur le disque ?

C’est présent dans le disque, c’est sûr. Si nous nous dirigeons vraiment vers elle ? Je pense que nous en sommes arrivés à ce point parce que nous avons laissé notre système social et la façon dont la société fonctionne, la façon dont elle défini les frontières économiques, les voyages, la politique – nous l’avons laissé dériver. C’est ma génération qui l’a fait. Parce qu’on a grandi avec Thatcher et Blair et on s’est dit : « D’accord, c’est juste une bande de losers qui vivent dans une bulle.
Et ce faisant, nous avons laissé ces perdants aux commandes. Michael Gove en tant que Premier ministre ? Tu le crois ?

J’étais un rêveur, un idéaliste de 20 ans, de 30 ans. Nous refusions toujours d’accepter que quelque chose de plus fondamental devait changer en tant que société et notre trajectoire était essentiellement insoutenable de mille façons différentes.
C’est pourquoi je trouve merveilleux de voir maintenant que mon fils étudie en sciences politiques et de me rendre compte à quel point[la jeune génération] considère que c’est important de faire des sittings dans la rue et de s’impliquer – merci beaucoup. Parce que notre génération vient d’abandonner. On a laissé les perdants aux commandes et on a supposé qu’ils le feraient bien.

 

As-tu l’impression qu’il y a une volonté impérieuse d’agir maintenant que nous avons atteint ce point ?

Le niveau d’hypocrisie et de complaisance du gouvernement conservateur à l’égard de l’environnement est choquant. Quand ils sont arrivés, j’ai participé à l’élaboration de cette loi qui a été adoptée lorsque j’ai travaillé avec Friend’s of the Earth, qui engageaient le gouvernement à produire chaque année un rapport pour surveiller les progrès réalisés en matière de changements climatiques et de réduction des émissions de CO2.
En gros, les conservateurs ont dit : « On va l’ignorer. Que nous soyons en colère comme nous le sommes, je pense que c’est assez juste. J’ai une petite plaque de remerciement dans ma maison pour ma participation et je me dis :  » Ça ne vaut pas le papier sur lequel c’est écrit « . Tout le monde nous a toujours dit d’utiliser le système, de travailler au sein du Parlement et du gouvernement pour changer les choses. Vous faites une loi, ils l’ignorent.

Qu’est-ce que les forces d’opposition actuelles dans notre société t’apportent en tant qu’artiste en 2019 ?

Je ne le vois pas comme un sujet parce qu’on ne peut pas en parler directement. Ce que tu peux faire, c’est comprendre le sens de la colère, de la peur et des demi-vérités. Peut-être qu’elle s’est dissipée maintenant que notre chef glorieux a cessé de nous menacer de s’écraser[de l’Union européenne].
Mais cette accumulation, une accumulation purement fabriquée, nous y reviendrons dans 10 ans – si nous survivons aussi longtemps – en nous disant : « Putain ! Je veux dire, comment diable avons-nous pu laisser ces gens nous manipuler au point de provoquer un véritable sentiment d’anxiété et de panique en mangeant le tissu social. Pour quoi faire ?
Pour apaiser une bande de fous qui ne seront jamais apaisés. Environ 200 personnes plus leurs amis fascistes ? C’est de la folie. Vous ne pouviez même pas imaginer que lorsque j’ai grandi, même au milieu des années les plus sombres de Thatcher, alors qu’elle était en guerre avec les mineurs, nous aurions provoqué une panique aveugle dans tout le pays. Et puis, un jour, réveillez-vous et dites :  » Oh oui, nous ne voulions pas dire cela. « Désolé.

Dans dix ans, nous verrons comment notre première ministre actuelle, plus que tout autre premier ministre, a passé tout son temps à essayer de contourner la souveraineté du Parlement.
Un jour, j’ai écrit une chose directement à Theresa May sur Twitter, parce que je ne pouvais pas accepter le fait qu’un être humain croit avoir le droit de nous pousser du haut d’une falaise comme celle-ci.

 

Tu es très actif sur Twitter maintenant. Te sens-tu complice de la problématique de la diffusion des messages sur les médias sociaux ?

Oui, mais je n’ai pas le choix. Je m’en sers pour retweeter les messages positifs. Vous ne pouvez utiliser que les outils à votre disposition pour faire passer les messages. Tu n’as pas le choix. C’est la même chose qui se passe en ce moment avec la rébellion de l’extinction qui n’a plus de choix et qui agit.

Y a-t-il un prochain retour de Radiohead prochainement ?

Nous avons 50 ans maintenant, la plupart d’entre nous, donc ces choses doivent être naturelles, elles doivent êtres spontanées. On n’a pas prévu ça, ça et ça. Ça me manque vraiment de ne pas faire les concerts.
J’avais l’impression qu’on était dans de bonnes conditions quand on a fait Glastonbury et quand on a fait une tournée en Amérique du Sud.

 

J’ai l’impression que ce que tu as récemment accompli a été en partie gagné par ce que Radiohead a fait à l’époque de Kid A et Amnesiac. Je sens que les fans te suivront n’importe où maintenant.

Tu sais, c’est un peu une période similaire à cette époque. Cela n’est pas le cas de tout les fans. Certains d’entre eux sont partis après OK Computer et d’autres après The Bends, ce qui était ennuyeux car nous n’avions même pas encore commencé !
A l’époque de Kid A, j’ai récemment découvert cette critique dans Melody Maker où nous avons été absolument détruits par – quel était son nom ?

Mark Beaumont. [Sur Kid A : « C’est le son de Thom Yorke qui s’enfonce la tête dans le cul, entend les bruits de son vent intestinal et décide de le partager avec le monde. »]

Je n’en ai lu que quelques lignes et je me suis dit : « Phwoar, c’est vraiment dur. Je me souviens du reste du groupe assis dans les loges avant que nous n’allions à l’un des premiers concerts sous tente à Newport sous une pluie battante, et ils étaient blancs comme un linge en disant :  » Nous avons été complètement détruits, nous avons été détruits par bla bla bla bla « .
Mais en même temps, pour moi, j’avais un sentiment de  » Grand disque « . On est montés sur scène et même si j’étais un peu du genre : « Et puis merde, parce que honnêtement, je ne m’attendais pas à une réaction aussi extrême, on était aussi dans une posture du genre : « Allez, putain, allez, allez ! Il y avait un sentiment de lutte pour convaincre les gens, ce qui était en fait très excitant.

Avec le recul, comment la nostalgie s’installe-t-elle chez toi ?

Récemment, j’ai passé en revue avec les autres les archives de Kid A et d’Amnesiac. Nous étions tous un peu fâchés à la fin de cette période. Nous avions traversé toute la période OK Computer et j’étais devenu catatonique à la fin. Puis nous avons travaillé très dur pendant un an et demi avec très peu de pauses et c’était vraiment intense.
On ne savait pas ce qu’on faisait, et je refusais de répéter quoi que ce soit ! Imaginez-vous le chaos.
J’ai récemment trouvé les traces de toutes les télécopies que j’envoyais et recevais de Stanley[Donwood] au sujet de l’œuvre d’art et elles sont hilarantes. J’ai tous ces trucs, pages, pages et photocopies, que je viens de laisser éparpillés dans les studios. Nigel les a ramassés et s’est dit : « On ferait mieux de les garder.
J’étais si concentré et en même temps en colère, confus, paranoïaque. Je regarde tous ces gens impliqués, en me demandant : « Putain, qui sont ces gens ?! On va faire quelque chose de vraiment cool avec tout ce matériel.

Ma dernière question : qu’est-ce qui te rend optimiste quant à l’avenir ?

Je pense que nous avons atteint un point critique. J’espère que ce sera notre dernier point de crise où nous laisserons la colère et la frustration  en nous se dissiper.
Il faut qu’on se réveille. Une fois qu’on aura fait tomber nos dirigeants fous en train d’essayer de nous faire tomber d’une falaise, je suis optimiste.
Je pense vraiment qu’en ce moment, nous ne voyons les gens au pouvoir que pour ce qu’ils sont et cela ne fera que réveiller nos consciences.

Je l’espère bien.

Previous post

"Minimalist Dream House" retransmis sur BBC 3 28 avril

Next post

This is the most recent story.

4 Comments

  1. Laurent
    12 mai 2019 at 23 h 36 min —

    Miam miam.

    Un petit frère à The Eraser et un « cool stuff » sur la période Kid Amnesiac. Allez-y, prenez mon pognon

    Merci Valérie

    (je retrousse mes manches et propose une traduction)

  2. Laurent
    23 mai 2019 at 12 h 37 min —

    ça y est, j’ai fini, Enjoy!

    (quel poseur ce Thom!)

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.